Le raki en Crète, bien plus qu'une boisson

Posté le 28 janvier 2019 par Marine
© Pixabay
© Pixabay
Boisson alcoolisée des pays méditerranéens, on lui prête plusieurs appellations parmi lesquelles, le tsikoudia ou le suma. Mais son nom le plus connu reste le raki. Avec sa couleur transparente et son odeur si puissante, le raki est littéralement le parfum de la Crète. Pilier culturel de cette grande île grecque, le raki est plus qu’une simple boisson, c’est un outil de communication social qui impose la connaissance de certaines règles.

Un peu d'histoire

Le premier raki fut créé au XIVe siècle, par des moines du monastère du mont Athos (dans le nord de la Grèce) qui avaient eu l’idée de distiller les restes de grappes de raisin utilisées pour faire du vin. Grands producteurs de vin, ils ne savaient pas quoi faire des quantités de marc de raisin laissé après les vendanges. Ils décidèrent donc de le distiller pour voir ce qu’ils obtiendraient. Ils obtinrent rapidement cette eau-de-vie parfumée qui depuis, est entrée dans tous les foyers crétois.
Depuis, on fabrique le raki à chaque automne, après en avoir terminé avec la production du vin (les vendanges se tenant surtout en septembre). Dans les villages grecs, les fêtes du raki ont aussi lieu après les fêtes du vin. Le raki se compose ainsi de suma (produit de distillation de raisins), de raisin et de graines d’anis. Il se boit beaucoup en Grèce mais pas que. On en trouve aussi énormément en Turquie, dans les Balkans, le Caucase, le Moyen-Orient. Partout où le raisin pousse. L'étymologie du mot raki vient d’ailleurs de l’arabe arak qui signifie « distillation ».
Il existe une très grande quantité de marques de raki dont certains se trouvent plus ou moins facilement à l’étranger. Certains sont plus doux, d’autres sont dits sert, c’est-à-dire qu’ils sont durs et forts.
blog Grèce - Le rite du raki crétois
Tchin tchin au raki © Ollios

Le rite de consommation du raki

Le raki ne se boit pas n’importe comment et fait l’objet de nombreuses règles à respecter. Boisson très fortement chargée en alcool (entre 45 et 55 degrés), elle se boit avec respect et délicatesse.
Règle numéro une : On ne le boit pas en shoot. Le raki se déguste et le but n’est pas de devenir ivre en peu de temps. Le raki se mélange à de l’eau glacée dans des verres transparents et ne se boit pas sec. Oubliez donc le cul-sec. On le boit frais en été mais on peut aussi le boire chaud avec du miel en hiver pour se protéger des rhumes (le rakomelo).
Règle numéro deux : le raki se boit en mangeant. On le boit traditionnellement avec des mezze (entrées froides), du poisson ou des grillades. On peut aussi en consommer avec des mets sucrés. Le goût de la boisson ressort beaucoup mieux s’il est accompagné d’un peu de nourriture. Pas un véritable repas mais simplement des petits mets pour éponger la puissance de l’alcool dans l’organisme et rendre sa consommation plus agréable.
Règle numéro trois : pour savourer un verre de raki comme un vrai Crétois, il faut faire preuve de respect à la table à laquelle on est assis. On appelle raki sofrasi la table à raki. À cette table, plusieurs règles de savoir-vivre s'appliquent. Mieux vaut éviter de devenir ivre ; ne pas parler au téléphone à table ; ne pas laisser le serveur servir son raki ; s'abstenir d'utiliser le cendrier pour y mettre ses noyaux d’olives ; prendre des nouvelles des familles des gens à table...
Évidemment, si vous n’êtes pas Crétois, vous n’aurez pas à respecter scrupuleusement ces règles, mais il est bon de les connaître pour mieux comprendre la culture de l’île.

Les 3 règles du raki en Crète

  • Prendre son temps
  • Accompagner le verre de raki de mezze
  • Savoir se tenir à table et respecter ses compagnons

Raki et sociabilité

Si le raki crétois est un produit du pays, il est aussi l’identité d’une culture. Il exprime l’hospitalité crétoise et l’importance des valeurs familiales et amicales aux yeux des habitants de l’île. Au fil du temps, le raki est carrément devenu un outil de communication sociale. On s’en sert pour prendre des nouvelles, pour créer une ambiance conviviale. Tous les foyers de Crète possèdent leur bouteille de raki qu'ils sont prêts à ouvrir à tout moment. Avec un verre de raki, les Crétois accueillent leurs invités chez eux comme d’autres cultures accueillent leurs invités en offrant un café ou un thé.C’est aussi très souvent autour d’un verre de raki qu’ils se retrouvent dans les cafés, pour se raconter les dernières nouvelles, leurs joies et leurs peines. Un verre de raki offert par un local renferme toute son hospitalité et sa volonté de faire plaisir. C’est pourquoi, refuser un verre de raki quand on vous l’offre s'apparente à une offense.
texte : Dimitris K ; © photo principal : Pixabay ; «L'abus d'alcool est dangereux pour la santé. À consommer avec modération.»
Retour haut