Le hockey sur glace, sport fétiche du Canada

Posté le 18 février 2019 par Olivier
Une sport rapide avec le palet au centre des attentions ©skeeze
Une sport rapide avec le palet au centre des attentions ©skeeze
Le hockey sur glace a été inventé au Canada au XIXe siècle. Quelque 160 ans plus tard, l'équipe nationale est l'une des meilleures du monde et chaque match de la LNH, la ligue nationale de hockey, déchaîne des passions. Pour ne pas passer pour un touriste à l'occasion de votre prochain voyage au Canada, découvrez les bases du hockey sur glace.

Les fondamentaux du hockey sur glace

Commençons donc par le plus simple. Un match de hockey oppose deux équipes de 6 joueurs (5 sur le terrain et un gardien). Il se déroule sur une patinoire et se divise en 3 périodes de 20 minutes. L’objectif est de marquer le plus de but possible à l'aide d'un palet et d'une crosse.
On dénombre 3 zones distinctes sur le terrain : attaque, neutre et défense. Comme au football, les joueurs ne peuvent pas pénétrer dans la zone offensive avant et sans le palet. Il s’agirait alors d’un « hors-jeu ». Le « penalty » existe également en cas de faute grave. En plus de cela, une équipe ne peut pas lancer le palet dernière la cage de l’adversaire depuis sa ligne de défense. Dans le jargon, cela serait alors un « dégagement interdit ».
blog-Canada-hockey-patinoire-sport
Les arbitres font preuve d'une grande maîtrise. © KeithJJ

Les principaux acteurs : arbitres, joueurs et spectateurs

Sur la glace, vous repérerez aussi 3 messieurs en uniforme zébré. Il s'agit des arbitres : 2 arbitres de ligne et 1 arbitre principal. Ils ont pour mission de veiller au bon déroulement de la partie.
Les joueurs peuvent circuler sur toute la surface de la patinoire, même derrière les cages. Ils évoluent en respectant les différentes zones et en se faisant des passes.
Les spectateurs font également partie de cette fête sportive. Dans le public, les fans crient et chantent. Il arrive aussi que devant une action particulièrement dangereuse, ils restent sans voix.

Vraies ou fausses empoignades ?

Nous avons tous en tête ces images de joueurs suréquipés qui jettent leurs gants et leurs casques en plein milieu d’un match pour empoigner leurs adversaires. Je me suis toujours demandé si ces altercations étaient spontanées ou surjouées. Un ami canadien m’a heureusement aidé à résoudre ce mystère…
Certaines ligues de hockey autorisent ces « contacts »  mais les placent sous la supervision des arbitres. En cas d’escalade de la violence, cette joute est interrompue et les joueurs impliqués sont soumis à des pénalités, voire même à une expulsion.

Un sport de contact et une violence encadrée

Le hockey est un sport de contact mais pourvu de règles. Les joueurs sont munis de protections et d’un casque afin d’amortir les chutes et limiter l’impact des corps à corps qui se déroulent parfois à une vitesse impressionnante.
Chaque joueur peut donc tenter de déstabiliser son adversaire mais les contacts dangereux seront sanctionnés par une pénalité, voire même l’exclusion temporaire d’un joueur. Cela va donc créer une situation d’infériorité pour une équipe qui peut s’avérer une belle opportunité pour l’autre équipe.
Le sport est également la source de nombreuse expression au Québec qui, comme les règles du hockey, méritent un petit manuel pour les comprendre. À vos dictionnaires : « Le puck n’a pas roulé pour vous aujourd’hui » parce que l’autre équipe « à joué la trappe ! ».
blog-canada-sport-hockey-palet
Le hockey, un sport de contacts ! ©skeeze
photo principale : Une sport rapide et le palet au centre des attentions © skeeze
Retour haut