Graffiti Alley : le street art à Toronto

Posté le 5 juillet 2018 par Manon
Styles et couleurs se mélangent dans Graffiti Alley © Manon Pointeaux
Styles et couleurs se mélangent dans Graffiti Alley © Manon Pointeaux
Entre deux visites de musées dont Toronto regorge, rien de tel pour se dégourdir les jambes qu’une balade à la recherche de street art. Même si la ville ne rivalise pas encore avec New York, Berlin ou Melbourne, elle n’a pas à rougir. Grâce à des lieux comme Graffiti Alley où les œuvres d’artistes du monde entier se succèdent, elle offre à ses habitants un spectacle à ciel ouvert sans cesse renouvelé.
Toronto et le graffiti : je t’aime moi non plus
Aujourd’hui le street art fait partie de l’identité culturelle de la capitale de l’Ontario. Cependant, il n’en a pas toujours été ainsi. En 2011, Rob Ford alors maire de la ville, avait en effet lancé une grande campagne destinée à « nettoyer » la ville de tous ses graffitis. Il avait même joint l’acte à la parole en tentant d’effacer lui même un graffiti à l’aide d’un jet d’eau. Ironiquement ce moment politique avait inspiré de nombreux graffeurs. C'est ainsi qu'un peu partout dans Toronto, se sont multipliés des graffitis à l'effigie du maire accompagné d’un « Remove me » (Retire moi en anglais).
L’année suivante, c’est une toute autre volonté qui est mise en œuvre avec le programme StART (StreetARToronto) qui veut promouvoir le street art comme moyen d’expression dans l’espace public tout en luttant contre le vandalisme. À travers différents projets menés par des associations et financés par la ville, les graffeurs du monde entier sont appelés à venir s’approprier certaines rues de la ville.
 
Blog Canada - Toronto - Street art
Rush Lane © Manon Pointeaux

Graffiti Alley, véritable galerie à ciel ouvert

C’est au sud de Chinatown entre Spadina Avenue et Portland Street que vous trouverez Rush Lane. Véritable représentante du programme StART, cette ruelle d’un kilomètre est devenu le terrain de jeu privilégié d’artistes locaux et internationaux. Sur plusieurs mètres de hauteur parfois, s’étalent d’immenses fresques colorées qui s’enchevêtrent les unes dans les autres.
Les rues adjacentes ne sont pas en reste puisque les graffitis y débordent un peu partout. Mon œuvre préférée ? L’immense aquarium riche en détails de l’artiste canadien Uber5000 dont la vision du monde sous-marin peut faire sourire...
 
Blog Canada - Toronto - Street art - Rush Lane - Uber5000
L'aquarium géant de Uber5000 © Manon Pointeaux
Vous remarquerez aussi son poussin jaune à l’air un peu moqueur dans les rues alentour.
Le poussin jaune de l'artiste Uber5000 © Manon Pointeaux

 d'autres lieux riches en street art 

  • Le quartier de Kensington Market et notamment l’allée appelée Orbital Arts, entièrement recouverte de graffitis.
  • Ossington laneways : dans cette rue, les résidents qui en avaient marre de voir leurs portes de garage vandalisées ont fait appel à des grapheurs pour venir les recouvrir !
  • Underpass Park : sous les ponts routiers du quartier de West Don Lands qui fait l'objet d’une revitalisation urbaine depuis quelques années, la ville a aménagé des espaces communautaires, des terrains de sport et des aires de jeux que viennent égayer les graffs d’artistes comme ceux du britannique Phlegm.
  • Le quartier de Downtown : toujours dans le cadre du programme StART, des graffeurs se sont appropriés les boîtes de signalisation routières.
Styles et couleurs se mélangent dans Graffiti Alley © Manon Pointeaux
Retour haut