03/09/2014

Une excursion sur les côtes de l’Attique, sur les traces de Marathon, s’impose. Bien que largement urbanisée, la région conserve des paysages sauvages, montagnes déchiquetées bordées de rivages idylliques. L’immense port du Pirée et la ville adjacente constituent l’un des plus grands pôles urbains de la Grèce contemporaine. Au regard des paquebots et porte-conteneurs arrimés dans le port marchand, le quartier de Mikrolimano semble lilliputien. Les bateaux de pêche se bousculent dans la rade, tandis que sur les quais règne une atmosphère bon-enfant.

Du Pirée au cap Sounion, la côte d’Apollon jouit d’une grande popularité. Les Athéniens se retrouvent en nombre dans les stations balnéaires : Glyfáda, Alimos berceau de l’historien Thucyclide, la noble Vouliagmeni et la baie de Várkiza, paradis des véliplanchistes… Le cap Sounion est l’un des plus fascinants de Grèce. Posté en sentinelle sur une falaise dominant la mer, son temple dorique de Poséidon dresse fièrement ses colonnes de marbre blanc, face à l’immensité.

Sur la côte Est, s’ouvre une autre page de l’histoire antique. À Vravrona, se trouve le curieux sanctuaire d’Artémis, déesse de la fécondité, de la vie, de la mort et protectrice des animaux.  Le temple du Ve siècle en partie relevé se situe au cœur d’un harmonieux paysage, protégé par le réseau écologique Natura 2000. La tradition locale affirme que c’est là qu’Iphigénie a été sacrifiée et que c’est de là que sont partis les bateaux prévus pour combattre Troie.

Le musée expose des statues des Ourses, les prêtresses vouées au culte d’Artémis dès l’âge de 7 ans (les Oursonnes). Plus au nord, la plaine de Marathon évoque la plus célèbre bataille de l’antiquité. Perses et Athéniens s’y déchirèrent au cours de l’été 490 av. J.-C. 

Nous on adore

Se balader jusqu’au cap Sounion.

Retour haut
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts. Pour en savoir plus, cliquez ici.