03/08/2013

Située à 1 650 m d’altitude, la capitale de la Namibie est bordée à l’ouest par le massif montagneux du Khomas Hochland qui culmine à 2 347 m. Son climat est tempéré et sec, plutôt frais en hiver. Les premiers habitants héréros s’installèrent à cet endroit pour ses sources d’eau chaude et sa végétation abondante. (Re)découvert par des Anglais, le site devient en 1840 le quartier général de Jan Jonker Afrikaner, chef de la tribu des Oorlams et prend en 1890, sous domination allemande, le nom de Windhoek, signifiant "coin venteux". Son essor économique, Windhoek le doit à la création en 1902 d’une ligne de chemin la reliant au port de Swakopmund.

Vous trouverez sans doute plaisante cette ville aux allures de préfecture de province bavaroise dans laquelle pourtant l’ambiance est bien cosmopolite. Windhoek rassemble en effet un nombre considérable d’ethnies autochtones, d’Afrikaners et d’Européens.

Vous ne pourrez qu'être charmé par le spectacle qu'offrent les ruelles des quartiers d’Eros et de Klein Windhoek, avec leurs bâtisses coloniales à l'architecture Art déco allemande, la surprenante église luthérienne mêlant styles néogothique et Jugendstil, face à de rares gratte-ciel. Certains bâtiments de l’administration coloniale sont remarquables : l’ancienne forteresse de 1890, qui abrite le Musée national de Namibie par exemple, les trois bâtiments de l’Independance Avenue et les trois châteaux baroques de l'architecte Willi Sander. Le Tintenpalast aussi qui, avant d’accueillir le parlement namibien, a abrité l’ancien siège du gouvernement du sud-ouest africain allemand et dont le nom "Palais de l’Encre" met en évidence l’effarante paperasserie de l’empire colonial !

Les politiques d’apartheid ont aussi laissé des traces évidentes dans l’urbanisation de la ville, les banlieues noires ou township étant isolées du centre-ville. Katutura en est l’exemple emblématique. La récente prospérité commerciale de la capitale tend à effacer cette dichotomie par la création de quartiers destinés aux classes moyennes.

La nature n’est jamais très loin à Windhoek. Depuis le centre-ville, il est possible de rejoindre les collines alentour par des chemins balisés, sinuant à travers des bosquets d’aloès et de cactus aux fleurs rouge vif, et offrant des points de vue exceptionnels. Lors d’un séjour à Windhoek, un tour au Daan Viljoen Game Park s’impose. À 18 km de la capitale, cette réserve naturelle s’étend sur des collines désertiques peuplées de ruminants et d’oiseaux, dont le héron vert et la veuve dominicaine.

Le plus Comptoir des Voyages

Faire un tour, à pied ou en vélo, au Township de Katutura, en compagnie de ses habitants.

Nous on adore

Se balader dans le marché local à la recherche d’un œuf… d’autruche 

Retour haut
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts. Pour en savoir plus, cliquez ici.