05/01/2016

À près de 900 kilomètres du Caire, Assouan a longtemps été la frontière sud du pays, la limite au-delà de laquelle l'imaginaire s'emballait. Naturellement riche grâce aux carrières qui balisent la région, c'est dans le granit d'Assouan qu'ont été taillés les obélisques. C'est le seuil de la Nubie, et d'une certaine façon, de l'Afrique noire, comme en témoigne son marché, Sharia Es-souq, où sont vendus de chaudes cotonnades nubiennes, des objets en ébène, de l'hibiscus séché et même des crocodiles empaillés.

À Assouan, le Nil change, baigné de lumières irréelles et glisse le long des rochers de granit orange, rose, violet. La meilleure façon de visiter la ville consiste, hiver comme été, à l'observer depuis les terrasses qui jalonnent les rives du fleuve pour profiter d'une vue et d'un climat exceptionnel. La plus célèbre d'entre elles reste la terrasse de l'Old Cataract, ancien palais reconverti en hôtel de luxe, parmi les clients duquel on compte Winston Churchill, François Mitterrand, Antoine de Saint-Exupéry ou encore Agatha Christie, dont le séjour en ces lieux lui aurait inspiré Mort sur le Nil.

Face au centre-ville, l'île Eléphantine s'impose pour une promenade, dont l'érosion de la pierre par l'eau a lentement mu les rochers qui l'entourent en ce qui ressemble à des bas reliefs d'éléphants. Sur la rive ouest, le mausolée de l’Agha Khan domine, tandis que plus loin dans les dunes les ruines du monastère de Saint Siméon attendent les marcheurs.

De l'autre-côte du barrage, une petite traversée en bateau vous permet de rejoindre le temple de Philae et son cadre romantique. Ce "jeune" temple, terminé sous l'occupation romaine, a été le dernier où les anciens cultes égyptiens furent pratiqués, alors même qu’au nord Alexandrie était déjà un haut-lieu du christianisme. Il devint finalement une cathédrale copte au VIe siècle, la figure d’Isis à laquelle le temple est dédié, ayant été facilement assimilée à la Vierge Marie. Sa fréquentation tardive explique son bon état de conservation même si ses bas-reliefs ont du payer le prix de martellements intensifs de la part des moins coptes pour effacer tous les visages de divinités païennes.

Le plus Comptoir des Voyages

Partir en felouque dans les cataractes pour découvrir une île botanique et un monastère au creux des dunes.

Nous on adore

La très belle et atypique collection du musée nubien.

Retour haut