05/09/2014

Le chef-lieu des Cyclades n’est pas une île comme les autres. Contrairement à ses voisines, Syros ne vit pas au rythme du tourisme mais de son activité industrielle, en particulier celle de son chantier naval. Autre originalité, Syros est une île catholique à 50 % tandis que l’autre moitié est orthodoxe.

Dans la capitale Ermoupolis, deux collines jumelles, Vrontado l’orthodoxe, et Anos Syros la catholique, se font face. Cette dernière correspond au plus vieux quartier de la ville, bâti par les Vénitiens au XIIIe siècle. Dominé par l’imposante cathédrale St-Georges, Anos Syros a été construit en amphithéâtre.

Le quartier descend jusqu’au port dans un enchevêtrement de passages voûtés, de ruelles en escaliers et de placettes désertes qui ont un charme fou. La partie basse de la ville surprend par ses nombreuses demeures néo-classiques dont les plus belles se trouvent sur l’impressionnante place Miaoulis et dans Vaporia, ancien quartier des armateurs où les maisons ont des fondations sous-marines vénitiennes, sans oublier le théâtre municipal Apollon, réplique en miniature de la Scala de Milan.

Si Ermoupolis concentre les principaux centres d’intérêt de Syros, la jolie station balnéaire de Possidonia et surtout Galissas aux plages bordées de tamaris valent le détour. Au nord de la ville, le site archéologique de Chalandriani abrite les vestiges de tombes datant de l’âge de bronze. Non loin de là, de belles plages, notamment celle de Grammata, sont accessibles en caïque de Kini, village pittoresque et verdoyant, particulièrement suggestif au coucher du soleil.

Le plus Comptoir des Voyages

Dormir dans un petit hébergement vénitien du charmant quartier de Vaporia, situé sur le port d’Ermoupolis.

Nous on adore

Dîner dans une ancienne fabrique à chapeaux après avoir dégusté des loukoums, la spécialité de l’île.

 

Retour haut
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts. Pour en savoir plus, cliquez ici.