Objectif Islande

  • Parcourir le centre de l'île en 4x4, c'est comme traverser la Lune...
  • Itinérants & autotours Islande
  • 15 jours / 14 nuits
  • À partir de 3190 € (prix par personne)
  • Incluant 160 € de taxes aériennes • Voyage réalisable de fin juin à début septembre
Les paysages du centre appelé les Hautes Terres ont la beauté des diamants bruts, tellement lunaires que les astronautes de la Nasa s'y sont entrainés avant de s'envoler pour la lune !
A bord de notre 4x4, on longe une partie de la route côtière qui dessert de superbes sites comme le geyser Strokkur, ou encore le lac de Jokulsarlon, lagune où seuls les icebergs sont autorisés à se baigner.
A plusieurs endroits, on quitte la route N°1 et son revêtement asphalté pour traverser de vastes étendues désertiques entrecoupées de rivières glaciaires. Sur les pistes, entre No man's land et horizons glaciaires, on roule entre 15 et 30 km/h maxi. On profite donc pleinement des paysages sans en perdre une miette ! A Landmannalaugar,le pays où les hommes se baignent nus et à Kerlingarfjöll, les roches volcaniques multicolores nous garantissent de magnifiques clichés sans retouche de photoshop. Ici et là les possibilités de randonner, de se baigner et de rêvasser sont multiples.
A Myvatn, le lac des Mouches, on pause ses valises pour plusieurs jours d'exploration. On se balade à vélo ou à pied sur les rives du lac, on se perd dans le labyrinthe des citadelles de Dimmuborgir, on se baigne en plein air à Nature Bath et on part à la rencontre des baleines à Husavik.
On reprend ensuite les chemins buissonniers pour aller voir les chutes de Dettifoss, les plus puissantes d'Europe et pour rejoindre une autre planète, celle d'Askja !
Changement de décor et d'univers lorsqu'on quitte le nord par la côte est qui épouse la forme de fjords profonds. On traverse de nombreux villages côtiers isolés où les fermiers et les oiseaux font bon ménage et où les mythes et légendes sont encore très présents.
Place ensuite au sud de l'Islande où les images s'enchainent et ne se ressemblent pas !

L'avis du spécialiste

Nicolas ADAM, conseiller chez Comptoir des Voyages
Lorsque j’ai levé les yeux vers le ciel, les nuages étaient si bas que j’en ai ressenti une sensation de claustrophobie… Le système de magnétisme avec l’eau environnant était incroyable ! Laissez-vous emporter dans ce corps à corps avec la nature… car avec elle, vous redevenez matière !Nicolas, spécialiste Islande

Jour 1 | Paris - Reykjavík (env. 50 km de l’aéroport de Keflavík à Reykjavík)

Vol pour Reykjavík (Keflavík). À votre arrivée, vous récupérerez votre voiture de location à l'aéroport, direction Reykjavík où vous passerez votre première nuit.

Jour 2 | Reykjavík - Cercle d’Or (Thingvellir - Geysir – Gullfoss) (env. 125 km)

Haut lieu historique de l'Islande, Thingvellir, où les Vikings établirent les bases politiques du pays, est parcourue par une longue faille témoignant de l'activité tectonique qui rythme la vie islandaise. Geysir, qui a donné son nom à tous les geysers du globe, jaillit et se reforme avec une régularité de métronome. Gullfoss, "la chute d'Or", est l'une des plus impressionnantes de l'île. Elle s'habille d'arcs-en-ciel, au gré des rayons du soleil.

Jour 3 | Gullfoss - Kerlingarfjöll - Hveravellir - Varmahlid (env. 230 km)

C'est entre les glaciers Hofjökull et Langjökull que la piste Kjölur a été tracée. À mi-parcours, à Hveravellir, le paysage est vraiment irréel, car le désert de pierres fait place aux fumerolles et aux bassins d'eau bouillante ! Une baignade dans une source d'eau chaude est un délice possible avant de gagner Varmahlid.

Jour 4 | Varmahlid - Akureyri (env. 95 km)

Dans une alternance de vallées et de plaines, la route s'inscrit dans un paysage de tendre verdure. L'élevage du mouton et le développement de l'agriculture ont fait la richesse de cette partie de l’Islande. À Akureyri, " la perle du Nord ", la vue porte sur des kilomètres où, au loin, l'île de Hrísey s'est figée à l'embouchure du fjord.

Jour 5 | Akureyri - Laugafell - Húsavík (env. 260 km)

Une fois les montagnes qui bordent Akureyri franchies, les Hautes Terres s'étalent à perte de vue. Le refuge de Laugafell agrémenté de sa source d'eau chaude invite à la détente dans ce bout du monde. Au niveau de la cascade de Godafoss "la chute des Dieux", le désert s'adoucit peu à peu pour céder la place aux plaines alluviales qui bordent la péninsule de Tjörnes. Húsavík, charmant petit port de pêche, est le point de départ rêvé d'une croisière à la rencontre des baleines.

Jour 6 | Húsavík - Mývatn (env. 100 km)

La variété des paysages rencontrés à Mývatn rappelle que cette zone fut le théâtre de multiples éruptions. Les eaux bleutées du cratère Víti tranchent avec les coulées de lave anthracite environnantes. Mais Mývatn est aussi un lieu de vie puisqu'il est un des sites de nidification les plus importants du monde pour les palmipèdes.

Jour 7 | Mývatn - Askja - Grimstadir (env. 230 km)

Au fond des pistes de cendres, la caldeira d'Askja, dominée par le glacier Vatnajökull, joue de contrastes noirs et blancs. On comprend aisément pourquoi les cosmonautes de la NASA sont venus s'entraîner là pour le programme lunaire !

Jours 8 et 9 | Grimstadir - Dettifoss - Asbyrgi- Egilsstadir (env. 225 km)

Coincée entre la plaine alluviale de Skjálfundi et la rivière Jokulsà, la péninsule de Tjörnes s'enfonce dans la mer. À Asbyrgi, gigantesque empreinte naturelle du sabot du cheval de Thor, la végétation se développe à l'abri des parois abruptes de la dépression. À Dettifoss, longeant la piste intérieure, la rivière Jökulsà gronde et chute en cinq cascades successives au fond d'un canyon.

Jour 10 | Egilsstadir - Höfn (env. 245 km)

Jouxtant le plus long fleuve d'Islande, Egilsstadir est la capitale de l'Est. Les cols et vallons annonçant la ville montrent à chaque virage un décor nouveau de nature pure et sauvage. À l'approche de Djúpivogur, la route longe la mer, entre fjords et caps.

Jour 11 | Höfn - Jökulsárlón - Skaftafell - Kirkjubæjarklaustur (env. 200 km)

Jökulsárlón est sans doute un des lieux les plus magiques d'Islande. Au centre du lagon sur lequel flottent des icebergs bleutés, la présence d'un phoque peut transformer cette étape en séquence polaire. Enchâssé entre deux glaciers, le tapis de verdure du parc de Skaftafell offre de superbes balades entre mer, montagnes et glaciers. À Kirkjubæjarklaustur, la mousse épaisse qui recouvre les anciens champs de lave fait écho aux vagues d'écume de l'océan.

Jour 12 | Kirkjubaejarklaustur - Lakagígar - Kirkjubaejarklaustur (env. 100 km)

Le Laki ou Lakagigar est un volcan très particulier. C'est un système éruptif fissural qui s'est mis en place lors d'une éruption phénoménale, en l’an 1783. L’éruption dura plus de trois ans, la terre vomit plus de 12 km3 de lave, 24,5 millions de tonnes de soufre, décimant un tiers de la population islandaise et des milliers d’animaux, domestiques et sauvages. Le nuage de cendres soulevé provoqua un obscurcissement du ciel largement ressenti en Europe, où les récoltes furent très mauvaises durant plusieurs années. En Écosse, l'année 1783 est répertoriée comme " l'année des cendres ". En France, on dit que la colère paysanne liée à la famine fut l'un des détonateurs de la Révolution de 1789.

Jour 13 | Kirkjubaejarklaustur- Eldgjá - Landmannalaugar - Hrauneyar (env. 150 km)

Au milieu des deux lèvres d'une faille de 400 m de large, le rift médio-atlantique apparaît au grand jour. En son creux s'écoule la magnifique chute d'Ófærufoss. Le Landmannalaugar se présente comme une fresque aux dimensions géantes et aux couleurs qui se déclinent du blanc au noir, en passant par des tonalités roses et vertes.

Jour 14 | Hrauneyar - Péninsule de Reykjanes - Reykjavík (env. 250 km)

À Reykjanes, on est dans l'Islande du feu ! En témoigne, les solfatares de Krýsuvík, les fumerolles de Kleifarvatn apparues en 2001à la suite de deux tremblements de terre, les eaux siliceuses du Blue Lagoon dont la température – entre 35°et 40°C – est un gage de détente absolue.

Jour 15 | Reykjavík - Keflavík (env. 50 km) - Paris

Restitution de votre véhicule à l'aéroport de Reykjavík, puis vol retour pour Paris.
À partir de 3190€ par personne Prix calculé sur la base de 2 personnes Ce budget varie en fonction de la saison et de la disponibilité.

Le budget comprend

  • Les taxes aériennes : 160 €
  • Les vols aller-retour Paris / Reykjavík / Paris sur compagnie régulière Icelandair
  • 2 nuits à Reykjavík en guest houses, avec petit déjeuner et sanitaires à partager
  • 12 nuits en fermes-auberges avec petit déjeuner et sanitaires à partager
  • 14 jours de location d'un 4x4 de type Suzuki Grand Vitara

Le budget ne comprend pas

  • Les assurances optionnelles
  • Les visites, excursion, droits d'entrée dans les sites et dépenses personnelles
  • Le supplément pour des sanitaires privés

Transports aériens

Vols réguliers sur la compagnie Icelandair ou vols Low Cost sur la compagnie Wowair. Départ des principales villes de province, nous consulter.

Hébergement

Les volets n’existant pratiquement pas en Islande, non plus que les rideaux occultants, pensez à vous munir d’un bandeau spécial à mettre sur vos yeux le soir si vous avez besoin du noir complet pour dormir (à acheter dans les boutiques des aéroports par exemple).

Transports locaux

Sur cet itinéraire, votre 4x4 sera de type Suzuki Grand Vitara ou similaire. Sa location inclut le kilométrage illimité, l’assurance CDW et un conducteur supplémentaire.

Conduite en 4x4, ce qu'il faut savoir :
•Les pistes de l’intérieur ne sont ouvertes qu’à partir de la mi-juin, parfois même à partir du 1er juillet. Elles restent ouvertes à la circulation tout l’été, sauf chutes de neige précoces. La vitesse maximale autorisée est de 80 km/h, mais les conditions de conduite font que l'on roule souvent moins vite que ça à cause du vent, de l'absence de bas-côtés, des ponts à une voie, nids de poules, passages à gué, virages, animaux sur le passage...

•Les passages des gués en 4x4 sont à négocier avec précaution, d’autant que nous n’avons pas l’habitude de traverser les rivières dans nos contrées ! Nous vous conseillons donc, avant de vous engager, de bien observer les traces de véhicules de part et d’autre du cours d’eau, tenir compte du sens et de la force du courant, de vous engager en première pour avoir de la force motrice. Au moment de franchir les gués, surtout ne jamais arrêter son véhicule dans le cours d'eau, arrangez-vous donc pour ne pas caler... Et si vous ne vous sentez pas sûr de vous au début, observez comment passe la voiture qui vous précède.

•La conduite hors piste est strictement interdite en Islande, car elle détruit durablement les paysages. Attention : de fortes amendes punissent toute infraction de ce type !

Assurances et franchise, ce qu'il faut savoir
•Les véhicules loués en Islande sont assurés au tiers en accord avec la loi islandaise. En cas d'accident, vous êtes responsable de la totalité des dommages causés à votre véhicule de location. La CDW- dommages collision, incluse dans nos prix, vous libère partiellement de cette responsabilité. En tout état de cause, la franchise non rachetable restera à votre charge

•Au regard de la loi islandaise, l’assurance CDW ne couvre pas les dommages causés aux pneumatiques, optiques des phares, pare-brise et bas de caisse du véhicule. De même, les dommages résultant de la projection de graviers ainsi que ceux occasionnés au moteur à la suite de l'immersion de ce dernier (lors du passage d'un gué, par exemple) ne sont pas couverts par l'assurance. Afin de diminuer la franchise, il est possible de souscrire sur place la super CDW (SCDW).
Le budget indiqué prévoit des hébergements en guest-houses à Reykjavik et en fermes-auberges dans le pays.
Possibilité d'hébergement en hôtels ou auberges de jeunesse, nous consulter.

• Les guest houses (chambre et sanitaires à partager)
Les guest houses sont des maisons islandaises, authentiques et toutes différentes, que l’on trouve essentiellement à Reykjavík. Elles ne comptent que quelques chambres et fournissent le petit déjeuner. Chacune a été aménagée selon les envies et les goûts de ses propriétaires.

• Les fermes-auberges
Les fermes-auberges sont des hébergements en pleine nature, tenus par des propriétaires islandais qui, pour la plupart, ont gardé leur activité agricole. Ce sont en général de petites structures de 5 à 20 chambres. À la fois originales, authentiques et atypiques, elles répondent à des catégories et des styles différents. Certaines ont des allures de petits hôtels de campagne, d’autres sont plus rustiques, d’autres encore ressemblent à de jolis bungalows nordiques ! Le petit déjeuner fait partie de la prestation.

Fiche pratique

La bonne saison
Le climat en Islande est de type océanique tempéré, bien que l’île soit située à la limite du cercle polaire arctique. Il y fait frais en été et doux en hiver, du moins sur le pourtour de l’île, grâce à l’influence du Gulf Stream. Mais le temps est très capricieux, car il reste dépendant des dépressions atmosphériques qui traversent l’Atlantique nord. Dans la même, peuvent se succéder soleil, pluie, vent, neige... Donc, n'oubliez pas de mettre dans vos valises, maillots de bain, chapeau, coupe-vent chaud et imperméable. C’est en mai que le niveau d’ensoleillement est le plus élevé. De juin à septembre, les journées sont très longues, elles durent presque 24h, et les températures oscillent entre 10°C et 15°C, avec des pointes à 20°C.
Accès
Comptez environ 3h30 pour un vol direct Paris / Keflavík, puis environ 40 min de transfert en voiture ou en bus jusqu'à Reykjavík.
Décalage horaire
- 2h en été ; - 1h en hiver

LE SAVIEZ-VOUS ?

Les moutons ont fait la richesse de la région située entre Varmahlid et Akureyri, où vous passerez durant ce voyage. Alors, parlons un peu des moutons islandais ! Les races sont pures, puisque sans apport étranger depuis les Vikings. Ils sont à peu près 450 000 sur l’île, plus que les humains qui eux sont environ 320 000.
Le mouton est élevé pour sa laine et sa viande, maigre et goûteuse, qu’on prépare aussi en charcuterie. Les Islandais appellent l’animal "le gigot sur pattes" et à Noël en Islande, c’est le mouton qui fait la dinde pour le réveillon… Sa laine est épaisse, très chaude et les poils peuvent mesurer jusqu’à 18 cm ! C’est d’ailleurs avec la laine tissée que les voiles des drakkars étaient faites, nous affirment les historiens et force est de constater qu’à l’époque, les pays nordiques n’avaient pas accès au coton, ni au chanvre, ni au lin. Une Bible islandaise du XVIe siècle, celle de Holar, affirme que même la robe du Christ était en laine de mouton tricotée ! Si vous voulez vous aussi profiter de la chaleur de la laine du mouton islandais, il vous reste à acquérir un lopi, un de ces pulls reconnaissables au premier coup d’œil par leurs beaux tours de cou aux dessins géométriques colorés (qui ont d’ailleurs souvent servi à identifier des naufragés). Ajoutons que les lopi sont imperméables.

Atmosphère, atmosphère !

Un livre à découvrir...
L’Islande des Vikings de Jesse Byock, paru chez Aubier, collection historique.
Voici une découverte de la vie quotidienne des Vikings au Moyen Age. En entrelaçant ses propres recherches historiques et archéologiques avec ses interprétations des sagas, ces récits littéraires typiquement islandais, Jesse Byock fait revivre cette civilisation avec brio.
Demander un devis
  • Nous, on adore !...
  • Le sentiment d'avoir poser le pied sur la lune en arrivant à la superbe caldeira d'Askja
  • Se baigner dans des sources d’eau chaude naturelle au retour ou au détour du balade, un vrai délice qui ne coute rien !/*
  • La stupéfaction quand on arrive devant l'impressionnante chaîne de cratères de Lakagígar !

Avis voyageurs

2 points2 points2 points2 points1 point 9.1/10 (1838 avis)
Guide de voyage Islande Tous nos voyages Islande

Idées associées

Retour haut
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts. Pour en savoir plus, cliquez ici.