À goûter, siroter…

07/12/2017

À boire

À côté d’excellents jus de papaye, mangue, goyave et fruits de la passion, on trouve du mazoé, une boisson à l’orange non-alcoolisée consommée depuis des générations et partie intégrante du style de vie du pays. Également très répandu, le shandy est une sorte de bière sans alcool parfumée au gingembre, très utilisée dans la mixologie des cocktails des bars d’hôtels. Toujours au rayon des boissons sans alcool, il faut signaler que le Zimbabwe est un producteur de thé et de café ; on préférera le thé, de la marque Tanganda Tea, car les meilleurs lots de café sont réservés à l’exportation.

Au rayon des boissons alcoolisées, on trouve facilement de tout dans les grandes villes, mais la boisson nationale est indubitablement la bière. Vous pourrez donc facilement commander une Zambezi Lager (produite au Zimbabwe) ou une Chibuku, bière artisanale à base de sorgho et de millet dont la première gorgée surprend souvent les touristes… Depuis quelques années on voit émerger une production viticole provenant de l’Est du pays ; le cabernet sauvignon connaît un certain succès… à vous de juger !

À manger

Marquée par des influences shona et ndebele, la cuisine zimbabwéenne se caractérise également par une influence britannique. Et comme dans de nombreux pays africains, les plats typiques sont constitués des principaux aliments de base. Le plat national est incontestablement le sadza, sorte de porridge fait de maïs et d’eau que l’on utilise à chaque repas pour accompagner des légumes (épinards ou chou vert) ou de la viande (grillée ou séchée au soleil). Le sadza est omniprésent : on le consomme aussi avec du lait caillé communément appelé lacto, ou bien pour accompagner des sardines séchées appelées kapenta ou matemba. Le bota est une variante plus légère, habituellement servie au petit-déjeuner avec du beurre de cacahuète.

Les plats à base de riz, pâtes et pommes de terre font également partie de la cuisine du Zimbabwe. Il est d’usage de les servir sous forme de pots-pourris, comme le nzungu, mélange avec de la viande de bœuf, des arachides et des fèves. Les mélanges sont à l’honneur et sous des formes multiples, du plus simple au plus sophistiqué, comme le maputi, agrémenté notamment de maïs grillé, canne à sucre et patate douce.

Dans les lodges et les restaurants cotés des grandes villes et centres touristiques, vous pourrez commander du poisson (truite, brème, kapenta) ou du gibier. Du gibier local s’entend. Du steak d’autruche, du ragout d’impala ou de la queue de crocodile, après lesquels on vous servira une tasse de thé, héritage britannique oblige ! 

Retour haut
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts. Pour en savoir plus, cliquez ici.