Nos conseillers ont aimé

12/12/2018

Partir à la rencontre des minorités du Vietnam

Récemment ouvert au tourisme, encore préservé et authentique, le village de Ha Giang se trouve au cœur du pays Hmong. Cette ethnie à l’origine nomade, venue de Chine au XIXe siècle s’est sédentarisée dans ces montagnes où elle put rester libre et conserver ses traditions. Les Hmongs sont divisés en 5 groupes, les Hmong Fleurs reconnaissables à leurs costumes colorés, les Noirs, Verts, Rouges ou Blancs, et ils commercent dans toute la région. À proximité de Ha Giang, le village de Bac Ha accueille une foire hebdomadaire particulièrement renommée où se vendent les aromates, les orchidées sauvages et les objets artisanaux.

Dîner au Ly Club à Hanoï

La cuisine vietnamienne jouit d’une réputation de cuisine raffinée. Si les saveurs peuvent varier selon les régions, elle a pour ingrédients communs quelques produits comme le riz, la crevette et le lotus. Les nuances proviennent des modes de cuisson et de l’utilisation des épices et condiments propres à chaque ethnie ou région. Pour déguster une excellente cuisine vietnamienne dans un cadre magnifique, offrez-vous un dîner au restaurant Le Ly Club d’Hanoï. La cuisine y est inventive mais respectueuse des héritages locaux.

Participer à la fête des Lumières à Hoi Han

Tous les mois, quand la lune atteint son apogée la 14e nuit du mois lunaire, les habitants d’Hoi An plongent leur ville dans le noir en supprimant les néons électriques… Une à une, des milliers de lanternes sont allumées sur les perrons des maisons, aux coins des rues, devant les boutiques créant un univers féerique aux lumières mouvantes. Les enfants laissent glisser sur le fleuve de fragiles lampions votifs. Il règne alors dans toute la ville une chaleureuse ambiance festive : jeux, chants, repas en extérieur animent les rues. Une fête des lanternes plus somptueuse encore clôt chaque année les célébrations du Têt, le nouvel an asiatique.

Prendre un cours de cuisine à Hué

D’abord une balade au marché : fruits gorgés de sucre, effluves piquants de citronnelle, vert lumineux de légumes tout juste cueillis… Peu à peu vous vous familiarisez avec les ingrédients incontournables de la cuisine du Vietnam et choisissez les épices nécessaires à votre préparation. Vous rejoignez ensuite votre école de cuisine et vous attelez à la tâche. Laver et éplucher les légumes, faire suer les oignons, vérifier la cuisson du riz… Grâce au chef vietnamien venu spécialement pour vous, vous percez les mystères la cuisine du Vietnam avant de vous mettre à table pour goûter le fruit de votre travail.

Naviguer sur le delta du Mékong

La petite cité de Ben Tre a échappé à l’envahissement des citadins et aux implantations d’infrastructures touristiques. Le village a ainsi conservé un caractère authentique. Cerné par les plantations de cocotiers, il est réputé pour son marché campagnard de fruits, légumes et poissons.C’est le point de départ d’une excursion en bateau qui au fil de l’eau permet d’apprécier la vie quotidienne des habitants du delta et leurs activités, dont la fabrication de briques artisanales. 

Dans les criques de Cai Son et Nhon Thanh, les familles se sont spécialisées dans la confection de nattes et de toitures en palmier tressé. La lente préparation des fibres, le décorticage des longanes, le tressage attirent l’attention des enfants qui dans cette halte au cœur du delta trouveront largement de quoi nourrir leur imagination.

Partir sur les traces de Marguerite Duras à Hô-Chi-Minh Ville

La mère de Marguerite Duras, madame Donnadieu ouvrit une école à Saigon en 1932. Quelques années après, l’école regroupa une centaine d’élèves issus de la population coloniale ou de la bourgeoisie asiatique dont le prince du Laos. Ceux qui l’ont connue dressent le portrait d’une femme exigeante mais juste, pieuse sans être prosélyte, loin du personnage désaxé du Barrage contre le Pacifique. Pour les lecteurs de Marguerite Duras, il est particulièrement émouvant de visiter la maison de la rue Testard, aujourd’hui 141 Vo Van Tan.

Dîner chez l’habitant

Pour aller à la rencontre des Vietnamiens dans un cadre plus intime et plus simple que celui de la rue, vous pouvez opter pour un dîner chez l’habitant. Les maisons sur pilotis de la famille Thaïe qui vous reçoit disposent d’un confort assez rustique, mais elles possèdent bien souvent un temple des Ancêtres où brûlent les encens, richement décoré… Ce contraste entre dévotion et vie quotidienne témoigne d’un art de vivre propre au delta du Mékong. Nous sommes loin des débordements de la ville. Vous serez accueillis selon les préceptes locaux de la convivialité, sans ostentation mais avec une courtoisie et une amabilité toute asiatique.

Retour haut