27/03/2014

Hoi An, classée au patrimoine mondial de l'Unesco, a été jusqu’au XVIIIe siècle un port actif où accostaient les marchands d’armes portugais, les commerçants indiens, japonais et chinois. Le port ensablé, la ville s’enfonça dans une quiétude nonchalante, conservant comme un trésor l’héritage de son passé métissé.

L’architecture de la vieille ville en témoigne : charpentes en pince de crabe, tuiles doubles symbolisant les énergies complémentaires yin / yang, pont couvert japonais, fenêtres et persiennes occidentales… Ses plus beaux joyaux sont les maisons familiales, qui retracent bien souvent l’histoire d’une épopée commerciale menée par plusieurs générations. Huit par exemple dans le cas de la maison Phung Hung !

Elle est portée par 80 piliers de bois sur un plan de style vietnamien, sa toiture à quatre pans est japonaise et sa cour intérieure couverte est typique de l’architecture domestique chinoise… Les maisons de culte ne sont pas rares. Par exemple la maison-chapelle de la famille Tran ou la maison commune de Quang Dong, dédiée à la déesse chinoise de la mer Thien Hau…

Les maisons-tubes caractéristiques de Hoi An n’exposent à la rue qu’une courte façade, souvent occupée par une boutique. Loin des regards, espaces d’habitation et jardins intérieurs se déroulent sur toute la profondeur d’une parcelle longue et étroite. En sillonnant le vieux quartier, on en voit de nombreux exemples, parfaitement conservés. De la vieille ville aux plages environnantes, il n’y a qu’un pas ! Et de la plage de Cua Dai, on rejoint facilement l’archipel des îles Cham.

Le plus Comptoir des Voyages

S'offrir une balade en bateau le long de la rivière "Tu Bon" pour se rapprocher des villages de pêcheurs.

Nous on adore

Prolonger le séjour pour prendre le temps de lézarder sur la magnifique plage 

Retour haut
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts. Pour en savoir plus, cliquez ici.