Votre valise pour la Turquie

26/02/2014

J’EMPORTE…

Prévoyez une crème solaire à fort indice si vous voyagez en été ainsi que des accessoires utiles pour vous protéger du soleil (casquette ou chapeau, lunettes, etc.). Soyez particulièrement vigilants si vous voyagez avec des enfants.
Une petite laine par précaution s’impose en toute saison.

Si vous visitez Istanbul en hiver ou l’Anatolie en toute saison, emportez dans vos bagages des vêtements polaires et imperméables.

Pour visiter les sites archéologiques et arpenter les chemins côtiers, munissez-vous de bonnes chaussures confortables, voire de chaussures de rando.

Être femme et voyager en Turquie suppose le respect de quelques règles vestimentaires : si à Istanbul, vous pouvez vous conformer à vos habitudes européennes, portez des vêtements plus couvrants en province. Le foulard est incontournable lorsque vous entrez dans une mosquée.

JE RAPPORTE…   

L’artisanat est l’une des grandes richesses de la Turquie. Chaque région cultive un art particulier développé autour des matériaux locaux et conserve jalousement sa spécialité. Faïence bigarrée des ateliers de Kütuhay en Anatolie, porcelaine d’Iznik, reproductions d’anciennes poteries anatoliennes à Avanos où les potiers initient volontiers les visiteurs au travail du tour.

Les bijoux, très appréciés des Turcs, proviennent de grandes manufactures et sont vendus au poids. L’or titre d’ordinaire 14 carats, parfois 18 ou 22. La vente à la pesée est habituelle, le bijoutier étant dans l’obligation d’afficher chaque jour le cours du gramme de métal précieux. À ce prix est parfois ajouté une plus-value pour la façon, qui n’excède pas 20 % hormis pour les bijoux des créateurs en vogue. Il en est de même pour les bijoux en argent.

De nombreux objets sont taillés dans l’onyx. Cette agate fine se travaille principalement dans les ateliers d’Ankara. La pierre, extraite en de nombreux points du pays, permet de réaliser les objets les plus divers : jeux d'échecs, vases, coupes, statuettes… Leur prix dépend de la taille et du travail, mais, surtout, de la qualité de la pierre, l'onyx blanc-gris étant le plus recherché.

Le cuivre est encore très utilisé dans les foyers et il existe de nombreuses et belles copies de modèles anciens. Mais pour qu’il soit apte à vous servir d’ustensiles de cuisine, il doit être étamé. Les prix de l’étamage peuvent augmenter considérablement le prix de l’achat.
La Turquie était en 2011, le 2e fournisseur de vêtements en maille de la communauté européenne. Ce dynamisme se répercute sur son marché intérieur. Les vêtements sont bien meilleur marché qu’en France, notamment les vêtements de cuir ou de daim, les chaussures et la maroquinerie.  Vous trouverez sur tous les sites touristiques les emblèmes de la culture turque comme les fez, les dentelles et les tenues folkloriques.

Qui n’a pas songé à emporter dans ses bagages l’un de ces tapis dont la Turquie a le secret ? Tapis noué ou kilim tissé, les deux sont associés à l’histoire de ce pays. Chaque fabricant possède son répertoire de motifs liés à une tradition régionale, locale ou tribale. Seuls les amateurs éclairés peuvent distinguer un tapis de qualité en soie d’un tapis en coton mercerisé. Pour vos achats, choisissez plutôt une enseigne ayant bonne réputation. On peut se faire expédier son tapis chez soi en remettant un acompte au vendeur. Une facture est nécessaire pour l’exportation des tapis neufs.
Attention : tout objet (tapis, antiquités) vieux de plus d’un siècle doit être muni d’une autorisation spéciale délivrée par la direction des musées pour être exporté.

Avant de partir, faites un tour à l’épicerie pour faire le plein d’épices, de pâtisseries, de thé et de fruits secs.

JE LAISSE SUR PLACE …

Les contrefaçons très courantes mais illégales. Attention, ne succombez surtout pas à ces imitations, aussi réussies soient-elles, car être en possession d’une contrefaçon est un délit, passible d’une peine d’emprisonnement
Vos Livres turques, impossibles à convertir une fois de retour en France.

Retour haut