Peuples et institutions

28/02/2014

POLITIQUE

République parlementaire depuis 1923, la Turquie fonde son organisation actuelle sur une Constitution de 1982. L’Assemblée Nationale élit pour 7 ans le chef de l'État. Il lui revient de désigner le premier ministre, le plus souvent issu du parti majoritaire d’une assemblée de 450 députés.

ÉCONOMIE

En dépit d’une belle envolée depuis les réformes économiques de 2005 et la création de la Nouvelle Livre, la Turquie a connu en 2012 un net ralentissement de son activité économique.

L´agriculture représente 10,2 % du PIB. Une place acquise grâce à une production variée (tabac, céréales, cultures maraichères et fruitières, élevage, fruits à coques, thé, pavot, roses à confitures et fruits secs, betterave à sucre dans les plaines de moyenne altitude). Soutenue par un bon niveau d’exportations et des climats favorables, l’agriculture turque se professionnalise et constitue un véritable levier économique.

L’industrie emploie un peu plus de 20% de la population active et sa part dans le PIB est de l’ordre de 24,2 %. Le textile en est le secteur le plus dynamique (filature et tissage du coton, de la soie, de la laine, du mohair).

Chichement pourvu en combustibles minéraux, le pays utilise pour principale énergie ses gisements de lignite, destinée aux centrales thermiques.

Les services pèsent 66,66 % du PIB. Leur développement rapide est une conséquence de la modernisation générale du pays (urbanisation, réseaux de communications, etc.). Enfin, le tourisme connaît une forte progression depuis les années 1960. Istanbul, la Cappadoce, les côtes de la mer Égée et de la Méditerranée recueillant l’essentiel des flux.

PEUPLES

Les événements qui ont jalonné l’histoire contemporaine de la Turquie ont éloigné du territoire les populations exogènes. Les flux migratoires de la Première Guerre mondiale, l’évacuation grecque de la guerre d’Indépendance, les conflits avec la population kurde ont rendu la population turque assez homogène. Les Kurdes constituent la plus importante communauté (entre 7 et 15 % de la population). Il demeure toutefois des minorités issues de l’Asie centrale (Caucase et Balkans) ou encore du bassin méditerranéen (Grecs, Arméniens). Si en 1927, les Juifs constituaient une population de 90 000 personnes, elle n’en compte plus aujourd’hui que 20 000.

La Turquie s’est en quelques décennies fortement urbanisée. La population se concentre aujourd’hui dans les grandes villes de l’ouest, les côtes égéenne et méditerranéenne et la région pontique. Elle est le pays le plus peuplé du bassin méditerranéen.

Retour haut