Nos petits secrets en Cappadoce

16/03/2014

PARTIR EN HIVER ET SE FAIRE UNE EXCURSION GUIDÉE EN RAQUETTES !

Les reliefs hors du commun de la Cappadoce prennent en hiver une robe immaculée. Leur étrangeté est alors sublimée. L’alternance de vallées et de plateaux, de sommets et de pics est un véritable bonheur pour le randonneur à raquettes qui souhaite varier les efforts et les plaisirs… L’ascension du mont Erciyes (3 916 m) permet de profiter de novembre à mi-avril d’un panorama somptueux sur la steppe anatolienne, toute blanche certains jours. On monte en télésiège jusqu’à 2730 mètres et l’on peut arriver au sommet en quatre heures à pied. Ou bien on fait le tour des cimes en voiture !

DÉCOUVRIR LES ARTISANS POTIERS À AVANOS

Le bourg traversé par les eaux rouges du fleuve Kizilirmak a fait sa renommée sur sa production de poteries vernissées. Cet artisanat ancestral puise dans le fleuve qui traverse la ville sa matière première. Les potiers ramassent le limon riche en minerai de fer avant de le faire sécher et de l’affiner en cave. Vient ensuite la fabrication sur un tour à pédale traditionnel, transmis aux Hittites par les Assyriens dans l’Antiquité, puis la décoration et la cuisson. Vous pourrez en famille vous initier à ces techniques et découvrir comment sont reproduits siècle après siècle les motifs décoratifs.

DÎNER EN FAMILLE CHEZ L'HABITANT 

Dîner chez l’habitant, un rêve de voyageur…qu’on peut vivre pleinement en Cappadoce. Vive les plats mitonnés selon la tradition et surtout l’échange ! En dépit de son succès touristique, la Cappadoce a su préserver les emblèmes de sa culture. La gastronomie locale en fait partie. Dans tous les restaurants, vous trouverez des plats typiques comme le ragoût d'agneau, le houmous ou le ballı gözleme, une galette fourrée à l'œuf et au miel. Lors de votre séjour, nous pouvons organiser un rendez-vous gastronomique où vous découvrirez la richesse et la complexité des saveurs de la Cappadoce.

FAIRE UNE ÉTAPE À KONYA

Si Konya a connu son apogée architecturale à l’époque seldjoukide, elle est  devenue mystique au XIIIe siècle, avec la fondation de l’ordre des Derviches Tourneurs. Un voyage en Anatolie comporte forcément une halte à Konya. Cette ville sainte, berceau du soufisme, a remarquablement traversé les siècles. L’art seldjoukide est présent partout dans l’architecture du centre historique de la cité, dans les mosquées et les musées. Un immense sanctuaire, le Tekke de Mevlâna, transformé en musée d’art islamique est dédié à Rumi, poète du xiiie s. et fondateur du soufisme. Laissez-vous happer par le tourbillon des derviches tourneurs et l’ambiance festive de cette ville aussi moderne que spirituelle. De Konya, la route mène vers la baie somptueuse d’Antalya.

Retour haut
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts. Pour en savoir plus, cliquez ici.