25/03/2014

Il fait la singularité, le climat, l’atmosphère et le mythe d’Istanbul ! Le Bosphore, pourtant n’est qu’un long détroit de 32 km reliant la mer de Marmara à la mer Noire. Mais il sépare symboliquement l’Orient de l’Occident, l’Asie de l’Europe, le monde musulman du monde chrétien. Embarquer pour une croisière sur le Bosphore revient à tourner les pages d’une histoire tumultueuse, aux prises avec une géographie capricieuse bordée par les eaux.

Certes, le détroit d’aujourd’hui porte les traces des abus de l’équipement industriel du xxe s. Les navires marchands et les navires de guerre y tracent encore de longs sillons mais les berges ont conservé par bribes leur allure de villégiature, qu’illustrent à merveille les yalis et konak.

Sur la rive européenne, lieu de batailles homériques, deux forteresses spectaculaires dont la plus célèbre, Rumeli Hisari construite en quelques mois, a permis au sultan Mehmet II d’assiéger Constantinople. Postée sur la rive asiatique, la forteresse Anadolu Hisari complète le système défensif du Bosphore.

Rive européenne, le parc princier d’Emirgan, les pavillons de chasse de Maslak, ses vastes jardins et ses collections de camélias, les maisons de bois de Büyükdere ou d’Arnavutköy composent avec les édifices contemporains un patchwork contrasté.

Sur les rives asiatiques, le palais de Beylerbeyi et le palais de Küçuksu sont de superbes pastiches des styles orientaux et occidentaux du xixe s. Sur les pentes et les collines, les quartiers populaires d’Üsküdar et de Kadiköy abritent le tiers de la population stambouliote.

Le plus Comptoir des Voyages

 La visite du quartier d’Ortaköy et du palais de Dolmabahçe lors d’une croisière avec guide francophone.

Nous on adore

L’ambiance dans le quartier d’Éminönü à l’embarcadère de la Corne d’Or, ne manquez pas de goûter aux pickles vendus à l’unité ! Et passer sous le pont du Bosphore aux illuminations colorées en soirée !

Retour haut