09/04/2014

Bangkok est surnommée par ses habitants "la cité des Anges". Née au xviiie siècle sur la rivière Chao Phraya, la capitale connaît depuis 1950 un essor continu. 8 millions d’habitants s’en partagent les quartiers bornés par de grandes artères rectilignes créées au xixe siècle selon un modèle européen.

Embouteillées, populeuses, infinies, ces avenues dévoilent les mille et un visages d’une ville parfois excessive. Rattanakosin en est le berceau. Rama 1er, assailli dans sa cité impériale d’Ayutthaya, édifia dans un méandre de la rivière une capitale splendide, pour les années 1780 démesurée, qui fut ensuite embellie par les rois de la dynastie des Chakri.

Dans l’enceinte du Grand Palais, monuments profanes ou religieux forment un répertoire architectural unique. Au sud du Grand Palais, le quartier chinois édifié au xviiie siècle est une ville en soi : temples, herboristeries, marchés, commerces animent les rues bondées dans lesquelles il est difficile de circuler, mais à l’atmosphère unique.

Le contraste est saisissant à l’Est dans le quartier Yommarat. Ce concentré d’architectures contemporaines dédiées aux affaires est traversé par le métro aérien et de vastes artères. Il draine l’essentiel des foules affairées mais préserve quelques enclaves d’un temps révolu : le palais Suan Pakkad entouré d’un jardin paysagé et le parc Lumphini. Le quartier farang (signifiant "étranger") distille une atmosphère coloniale.

Au Nord, le quartier Dusit ouvert, verdoyant et surnommé New Royal City, regroupe les administrations et des résidences royales du xixe siècle. Il est connu pour le palais Vimanmek en teck blond et le Wat Benchamabophit, un bel exemple de temple récent.

C’est à Thonburi, premier lieu d’implantation de la capitale historique, que sont conservés les plus beaux exemples d’architecture civile et coloniale. Dans un entrelacs de rivières et de canaux (khlong), le vieux quartier s’ancre dans les eaux de la Chao Phraya. On y circule sur les barges ou bateau-taxis. Les façades imbriquées des maisons de bois sur pilotis, les temples aux rouges toniques (Wat Arun, Wat Prayun), les ors des braquasses, le marché flottant et les jardins potagers… tout semble ici plongé dans une énergie ancestrale.

La "cité éternelle" qui vénère son passé, trouve ses ressources dans l’économie du xxie siècle, montrant ainsi des facettes très contrastées. Festive, elle est connue dans le monde entier pour sa vie nocturne. 

Le plus Comptoir des Voyages

Une excursion dans le quartier chinois, le plus authentique de la capitale. 

Nous on adore

Prendre la journée pour faire du shopping au marché de Tchatuchak. 

Retour haut