Peuples et institutions

04/10/2016

politique

La Suède est une monarchie constitutionnelle (le roi n’a qu’une fonction purement symbolique et honorifique). Elle est organisée selon le principe de séparation des pouvoirs et d’une démocratie représentative à régime parlementaire. Le parlement (Riksdag) est monocaméral et compte 349 députés (dont 44 % de femmes) élus pour 4 ans. Le Premier ministre (Statsminister) est nommé par le président du parlement. Le gouvernement doit répondre devant le Riksdag et lui soumettre les propositions de lois et d’amendements. Une Cour suprême couronne l’édifice judiciaire.

économie

Croissance : 4,1 % (2015, Banque Mondiale)

Taux de chômage : 7,9 % (2014, OCDE)

Taux d’inflation : 1,9 % (2015, Banque Mondiale)

Principaux clients : Norvège, Allemagne, États-Unis, Royaume-Uni, Danemark, Finlande

Secteurs d’activités dans le PIB : agriculture, 1,4 % ; industrie, 26,6 % ; services, 72 % (2015, Banque mondiale)

Le modèle social suédois a été en partie démantelé pour répondre à la crise financière des années 1990 : réforme des retraites, de l’organisation de l’État, libéralisation des services publics, plafonnement des dépenses… En 1995, la Suède entre dans l’Union européenne. L’ajustement à la mondialisation s’est appuyé sur un secteur industriel performant et diversifié : Volvo, Electrolux, Ericsson, Tetra Pak, Ikea. Avec des résultats probants (4,7 % de croissance en 2000 ; 3,4 en 2007). Le pays est pourtant, comme les autres, affecté par la récente contraction de l’économie mondiale (chômage, déficits). Le débat sur l’adoption ou pas de l’euro se poursuit. L’économie « verte » (neutralité carbone pour 2050, amélioration de l’efficacité énergétique…) ouvre de nouvelles perspectives. Les ressources de base de l’économie (bois, hydroélectricité, fer) sont réévaluées en ce sens. Le pays exporte principalement du matériel électrique et informatique, du papier, des véhicules automobiles, des machines, des produits chimiques et pharmaceutiques, du fer et de l’acier, des produits alimentaires.

peuples

Cinq minorités bénéficient d’une reconnaissance officielle : les Finnois (de Suède et Tornédaliens du comté de Norrbotten) sont un peu plus de 3 % ; on estime les Sames à 20-35 000 personnes ; les Roms sont entre 50 000 et 100 000 ; les Juifs, 25 000. Les immigrants représentent 7,9 % des habitants du royaume. Conséquence de la crise des migrants, en 2015, plus de 160 000 personnes sont venues chercher asile en Suède, deux fois plus qu’en 2014.

Retour haut
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts. Pour en savoir plus, cliquez ici.