La Haute Côte

24/10/2016

Sommets rocheux, grottes, crevasses… La Haute Côte, Höga Kusten en suédois, offre des paysages uniques et spectaculaires caractérisés par un étonnant granit rouge qui semble s’embraser au coucher du soleil. Située au niveau du golfe de Botnie, en mer Baltique, elle succède assez brutalement à un littoral par ailleurs plutôt plat. La zone est connue pour un phénomène surprenant qui lui a valu d’être inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO : le rebond postglaciaire, un soulèvement des terres survenu suite à la fonte de la calotte glaciaire. Particulièrement important dans cette région, il est à l’origine de son relief abrupt et de son nom. La vue depuis Skuleberget, point culminant de la Höga Kusten accessible en télésiège, permet de prendre la mesure de ce paysage saisissant, escarpé et sauvage, où s’épanouissent faune et flore.

Si l’on peut aisément la parcourir en voiture, le mieux reste cependant d’explorer la Haute Côte à pied ou à vélo, de préférence à la fin du printemps ou en été. Affûts guidés à l’ours ou au castor, exploration de l’archipel en kayak, pêche, équitation, excursion en bateau le long du littoral : difficile de résister à l’appel du grand air. Les promenades sont d’autant plus charmantes que les fleurs sauvages, notamment le lupin, habillent le paysage. Partout où se pose le regard, de délicates grappes blanches, roses, bleues, pourpres ne demandent qu’à être cueillies. Rassemblées en bouquet, elles égaieront une de ces typiques cabanes de pêcheurs du village de Bönhman. Le parfum suave des fleurs ne suffira pas en revanche à couvrir l’exhalaison rance du surströmming, le hareng fermenté spécialité de la région. Si l’odeur est infecte, le goût est réputé exquis. L’expérience, en tout cas, est on ne peut plus suédoise. Avis aux palais aventureux !

Retour haut