À goûter, siroter…

09/10/2016

à boire…

Softs : Dans le Nord, on se désaltère à coups de Trocadero, une boisson gazeuse caféine parfumée à la pomme et à l’orange. Celle-ci est si populaire qu’elle a été surnommée Norrlands nationaldryck (boisson nationale du Norrland). À Noël, partout dans le pays, les ventes de Coca Cola s’effondrent : le célèbre soda est alors détrôné par le julmust, boisson pétillante typiquement suédoise que l’on trouve (quasi) uniquement pendant les fêtes de fin d’année.

Boissons chaudes : Si les Américains le prennent à emporter et les Italiens au comptoir, les Suédois, eux, ont fait du café un véritable rituel. Alors appelé fika, il s’accompagne obligatoirement d’une pâtisserie. Les Suédois sont les troisièmes consommateurs mondiaux de café, après la Finlande et la Norvège. À croire que le sombre élixir coule dans les veines de la Scandinavie.

Boissons alcoolisées : La vente d’alcool est strictement réglementée en Suède (et interdite aux moins de 20 ans). L’État détient le monopole de la vente au détail de boissons alcoolisées de plus de 3,5 degrés. Celles-ci peuvent s’acheter dans les magasins de la chaîne Systembolaget (abrégé en Systemet ou Bolaget). Les Suédois boivent volontiers de la bière. On en trouve de quatre sortes en fonction du degré d’alcool : lättöl (la plus légère), folköl, mellanöl et starköl (la plus forte). Lors des fêtes (notamment Midsommar, kräftskivor ou mariages), rien de tel qu’un petit verre d’aquavit, eau-de-vie aromatisée. À Noël, on préférera le glögg, vin chaud aux épices.

à manger…

Les plats : Les piliers de la cuisine suédoise sont la pomme de terre, le porc et le poisson (hareng, d’abord ; saumon, ensuite). À cela, on peut ajouter le renne et divers gibiers, les écrevisses, les champignons… Des pommes de terre, avec un morceau de saumon poché et une sauce à l’aneth, composent une assiette des plus classiques. Citons aussi les célèbres boulettes de viande (köttbullar), l’incontournable hareng mariné (sill), le pudding de saumon (laxpudding), les galettes de pomme de terre au beurre accompagnées de lard frit et d’airelles (raggmunk) et la roborative soupe aux pois (ärtsoppa). Le traditionnel smörgas est une tranche de pain où s’empilent diverses garnitures : crevettes, saumon fumé, hareng, jambon, fromage, concombre, œuf dur, caviar, tomate… Il y a l’embarras du choix…

Les desserts : Les Suédois sont de vrais becs sucrés et excellent en pâtisserie. Dans les cafés, il n’est pas rare de voir des tables recouvertes de gâteaux tous plus alléchants les uns que les autres. La princesstårta, incontournable décadence de sucre, se présente comme un gros gâteau bombé, généralement vert tendre. Sous la pâte d’amande colorée se dissimulent plusieurs couches de crème, de génoise et de confiture. Parmi les grands classiques, on trouve aussi le kladdkaka (fondant au chocolat), les våfflor (gaufres) et divers gâteaux aux pommes, à la rhubarbe, aux myrtilles...

Autres douceurs : Lors des régulières pauses fika, on accompagne son café d’une touche sucrée, généralement un kanelbulle, brioche à la cannelle tellement incontournable qu’elle fait même l’objet d’une fête nationale. Les Suédois en dévorent en moyenne 316 par an ! Mais il existe également des bullar à la cardamome, à la vanille, à la pistache ou à la pâte d’amande. Une famille suédoise de quatre personnes consomme environ 1,2 kg de bonbons… par semaine, principalement le samedi : on parle ainsi de lördagsgodis.

Retour haut