03/10/2013

Le thé, dont la culture est héritée de l’époque coloniale anglaise, constitue l’une des principales richesses du Sri Lanka. Tout le cœur de l’île aux souples collines est tapissé de grandes plantations. Splendides couleurs d’un vert soutenu, émaillé des couleurs vives des saris lorsque les cueilleuses sont à l’œuvre.

Une magnifique route du thé traverse Nuwara Eliya (prononcer Nurélia), surnommée "la Cité de la lumière". La plus connue et la plus fréquentée des stations de villégiature d’altitude du Sri Lanka (1890 mètres) a été créée par les Anglais à la fin du XIXe siècle. Les sujets de sa Majesté y retrouvaient un climat familier : températures douces (15°C en moyenne), nuits fraîches, pluies fréquentes et manteau de brouillard en été.

Si la ville s’est étendue, ses faubourgs surnommés "Petite Angleterre", demeurent les témoins de la présence anglaise. Cabines téléphoniques rouges, cottages aux toits de même couleur, petits jardins aux haies bien taillées, demeures de style colonial dont l’élégant Grand Hotel ainsi que l’ancienne poste en brique rose et sa tour-horloge… Golf, champ de courses et canotage sur le lac artificiel Gregory rappellent les loisirs pratiqués à l’époque coloniale.

Aux alentours, certaines plantations de thé sont ouvertes à la visite. Nuwara Eliya est aussi le point de départ de superbes randonnées, entre balades dans la réserve de Horton Plains et ascension du pic d’Adam, qui est le lieu de pèlerinage religieux le plus populaire du Sri Lanka.

Le plus Comptoir des Voyages

Arriver en train après avoir traversé les magnifiques paysages de plantations de thé.

Nous on adore

La fraîcheur agréable du climat, propice au rituel du tea time, à prendre dans les jardins de l'ancienne résidence du gouverneur britannique. 

Retour haut
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts. Pour en savoir plus, cliquez ici.