Nos conseillers ont aimé

01/09/2018

Explorer les ruines de la Mission

Jardin tropical et site patrimonial, Mission Lodge occupe l’un des belvédères les plus remarquables de l’île. À ses pieds, les anses Royale, de la Mouche, Boileau, la baie Lazare. Surmonté par le mont Gratte-Fesse, le jardin sauvegarde de nombreuses espèces végétales endémiques et des oiseaux comme la chouette des Seychelles. Une allée spectaculaire de sandragons longe les ruines de l’ancien internat fondé par des missionnaires anglicans et réservé aux enfants d’esclaves affranchis (1876-1889).

Cuisiner la pêche du jour

La location d’un appartement réduit les coûts d’un voyage et permet de s’initier aux saveurs des Seychelles, en toute indépendance ! Au marché de Victoria et sur les étals éparpillés le long des littoraux, la profusion des victuailles marines a de quoi tenter le plus piètre des cuisiniers. Vous n’achèterez jamais sans faire une rencontre, demander des astuces culinaires, parler de tout et de rien. À vous les kari koko et les kat kat, plats communs sur les tables familiales.

Parcourir les allées du jardin du Roi

Entre anse Royale et anse la Mouche, le bien nommé chemin des Cannelles mène au jardin du Roi. Vous entrez au pays de cocagne pour les épices et la somptueuse vanille bourbon, la princesse de Pierre Poivre et Benoît Gillot, fondateurs du jardin en 1772. 60 variétés d’épices se sont acclimatées, mais aussi une quantité d’arbres fruitiers, d’espèces médicinales aux noms savoureux (sans sentiment pour les maux de tête par exemple) et de tortues XXL. Un musée et un restaurant prolongent cette visite aussi éducative qu’enchanteresse.

Dîner à la paillote de Batista

« Chez Batista » sur la plage de Takamaka (côte sud), l’une des plages les plus prisées de Mahé, est accueillant pour toute la famille. Si son buffet créole abordable et délicieux a beaucoup participé de sa notoriété, on ne peut qu’être séduit par l’environnement. Jardin exotique tropical, plage somptueuse, parcours découverte ponctué de rencontres avec les tortues géantes, snorkeling, pêche, etc. Si la villa « Chez Batista » est très facile à trouver, il sera beaucoup plus difficile d’en partir !

Jouer à Robinson à Anse La Blague

Le littoral n’a pas toujours été dévolu au farniente et aux sports nautiques. Les anses à l’abri des courants, mais ouvertes sur l’océan servaient alors pour l’exportation des produits cultivés comme le coprah, la cannelle ou la vanille. Les plantations n’étaient jamais loin. À anse La Blague se tenait autrefois une distillerie d’huile de cannelle disparue aujourd’hui. Seule demeure la plage et les eaux sans fond, perturbées seulement par les bancs de poissons. Au loin, La Digue, Grande-Sœur et Petite-Sœur dessinent un horizon de rêve.

Rallier Anse Lazio à Côte d’or

Un sentier (1 h) relie l’anse Lazio à Côte d’or. Entre ces deux plages de carte postale – petites criques parsemés de rochers pour la première, grande baie aux eaux calmes festonnées de sable blanc pour la deuxième – couverts végétaux et belvédères sur le littoral ponctuent magnifiquement la promenade. Prévoyez de l’eau pour vous hydrater et une crème solaire à haut indice de protection, car le soleil tape fort.

Rencontrer monsieur Durand

À proximité du port de baie Sainte-Anne de Praslin, vous dénicherez la bien curieuse boutique d’Albert et Micky Durand, sculpteurs et peintres sur bois. Poissons et tortues colorées, porte-clés ou maquettes de bateaux fournissent aux amateurs un large choix de souvenirs. Prenez l’initiative d’échanger et de comprendre les subtilités du métier. Les artisans partageront volontiers un moment avec vous.

Saluer les tortues à Union Estate

Union Estate est au XIXe siècle un domaine prospère. Nanti d’une cocoteraie, d’un moulin, d’une plantation de vanille, d’un chantier naval et même d’un cimetière, il produit une huile de coprah (coco) exportée pour la fabrication de la margarine, des savons et autres matières premières de la cosmétique. Si les ors de la colonisation se sont estompés, l’usine d’huile de coco perdure et les vanilliers sont toujours exploités. Un musée occupe la maison du planteur, décrivant la vie de la famille Rassool-Hossen débarquée un beau matin de l’île Maurice. Non loin, un élevage de tortues d’Aldabra permet d’observer de près ces reptiles géants.

Prolonger le plaisir sur les îles Coco et Félicité

L’île Cocos, classée réserve naturelle en 1996 est belle par nature : plages de sables blancs, rochers de granit adoucis par l’érosion, couverture végétale intacte… mais ce sont ses fonds de platier qui attirent les passionnés de la plongée avec tuba : colonies de coraux, poissons tropicaux, petits requins font le show. La balade aquatique se prolonge aux abords de l’île Félicité où les tortues de mer se joignent au ballet des poissons. Plongées organisées par Comptoir des voyages sous réserve des conditions météo.

Faire un stop à Alphonse

L’archipel Alphonse qui compte parmi les plus éloignés de Mahé, comprend deux atolls, Saint François et Alphonse, une perle d’1,74 km2 ! L’océan et son cortège de merveilles (dont des gorgones géantes), ses poissons merveilleux et ses coraux, ses dauphins compagnons des nageurs comptent parmi les motivations pour se rendre dans ce bout du monde pourvu depuis 1990 d’un hôtel de luxe.

Écouter la nature s’éveiller à Frégate

Parfaitement isolée, loin des routes maritimes et des grandes îles, Frégate a conservé une forêt digne d’intérêt. Essences endémiques et indigènes se partagent le territoire, abritant quelque 2 200 tortues débonnaires. L’île appartient au Frégate Island Private qui mène depuis plusieurs années un programme de développement durable : le potager de 120 variétés de légumes, fruits, épices et herbes fournit 80 % des besoins de l’île ; les eaux usées y sont recyclées à 95 % et les dépenses énergétiques réduites.

S’initier à la pêche à Aldabra

Inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco depuis 1982 et réserve Ramsar, l’atoll d’Aldabra est sans doute le plus mythique d’entre tous. C’est aussi le plus sauvage et le plus protégé. Ce joyau est constitué de 46 îles, autant de perles pour le plus grand atoll surélevé au monde. 120 000 tortues, une immense colonie de phaétons à brins rouges, des oiseaux migrateurs à foison et des terres couvertes de mangroves. Un rêve accessible seulement à 900 visiteurs chaque année et aux scientifiques qui veillent à son destin. 

Retour haut