21/05/2016

Voisine de Bird, Denis en a également les atours : île coralienne nantie de son récif et de son lagon, bordée par un tombant de près de 1 800 m de profondeur. Les poissons forment d’imposants bataillons, petites et grandes espèces cohabitant pour le bonheur des plongeurs et des pêcheurs au gros. Sur les plages et dans les terres, une forêt de littoral (cocotiers, takamakas, banians et filaos) reprend vie. Autrefois dévolue à la culture du cocotier et au ramassage du guano, l’île avait en effet perdu un riche patrimoine naturel. L’impact de ces activités se fait moins ressentir aujourd’hui bien que le cocotier domine encore. À l’instar de plusieurs îles privées, Denis tente de réintroduire plusieurs espèces végétales et animales menacées de disparition. Sur les 375 hectares de l’île, 50 d’entre eux font l’objet d’expérimentations : ensemencement de plantes indigènes, sites de reproduction pour l’avifaune, programme de protection des tortues et éradication des rats sur l’île permettent d’espérer la réussite de cette initiative. Les îles-hôtels comme Denis, réservées à une clientèle exigeante, sont vues aujourd’hui comme des laboratoires scientifiques et écologiques. Comment associer tourisme et nature, comment s’engager dans des actions de développement durable quand l’hôtellerie haut de gamme exige un service irréprochable qui impacte sur la consommation d’eau et d’énergie, la production de déchet, etc. ? Les chercheurs planchent sur la question.

Le plus Comptoir des Voyages

Arriver en tout petit avion et admirer l’île vue d’en haut.

Nous on adore

Mettre son téléphone en mode avion et vraiment déconnecter.

Retour haut
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts. Pour en savoir plus, cliquez ici.