À goûter, siroter …

09/05/2016

à boire…

Softs : Dans la grande majorité des villages et des villes, l’eau du robinet est potable (93 % des ménages en 2013). Cependant, les régimes des pluies inégaux et les réseaux défaillants doivent inciter à la prudence. Il est donc préférable de consommer l’eau minérale en bouteille (capsulée). On ne se refuse pas en revanche un jus de fruits exotiques frais dans les lieux où l’hygiène est respectée ou de l'eau de coco verte désaltérante. Réservée aux Caraïbes, la prune de Cythère ou Mombin de Malabar donne une boisson épaisse et nourrissante. La citronnelle fraîche est particulièrement goûteuse.

Boissons chaudes : La petite exploitation de thé de Mahé ne suffit pas à couvrir tous les besoins des Seychellois. Vérifiez bien que celui que vous consommez vient de cette région car il peut s’agir d’un thé d’importation. Les thés locaux sont aussi aromatisés (menthe, cannelle, vanille).

Boissons alcoolisées : La bière locale est un incontournable. Les Seychellois seraient les troisièmes consommateurs de bière par habitant dans le monde. La brasserie des Seychelles produit deux marques : la Seybrew et l’Eku. Le kalou (sève de coco fermentée) est interdit à la vente en boutique. Parmi les alcools forts, vous pourrez tester le Coco d’Amour, une liqueur au lait de coco. Le vin de palme ou toddy est produit en famille.

à manger…

La cuisine créole brasse, mouline, intègre, embelli les cuisines d'Asie, d'Europe et d'Afrique. Ce melting-pot parfaitement maîtrisé s'appuie sur trois piliers : le riz, les épices et le poisson (pawson).

Les plats : Fruits de mer et nombreuses espèces de poissons (carangue, barracuda, vieille, bourgeois ou job) servent à la préparation des plats les plus courants comme les kari koko. Sur les tables familiales, le kat kat vient en bonne place mêlant thon, banane et lait de coco suivi du cari de zourite, une bouillabaisse de poulpe épicée. Les viandes se résument au poulet, au porc et dans une moindre mesure au bœuf. La sauce au piment est généralement présentée à part préservant ainsi les palais délicats. Vous pouvez également préciser : « Moi pa manze piman ! ». Des diverses salades mêlant des produits locaux, on peut retenir la salade de cœur de palmier appelée salade du milliardaire. Les fruits verts sont consommés comme des légumes, mûrs ils sont servis en salades ou écrasés et agrémentés d’épices.

La street food : Si vous ne souhaitez pas vous éterniser à table, privilégiez les take away qui servent la plupart du temps une cuisine familiale de bonne qualité. Ou picorez ce que vous trouverez au bazar où s’amoncellent fruits, légumes ou épices.

Les desserts : Essayez les beignets (potiron et sirop de vanille, bananes) ou le gâteau de manioc (pouding), cuit avec de la noix de coco râpée, une patate douce et des fruits rouges et du miel des montagnes. Bananes et mangues ont des goûts sensiblement différents de leurs cousines vendues en Europe.

bizarre, bizarre…

Le bat cari, grande spécialité à base de chauve-souris, est servi accompagné d'un mazavarou, préparation hautement épicée composée d'ail, de piment rouge, de gingembre.

Retour haut
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts. Pour en savoir plus, cliquez ici.