Santé au Sénégal

19/09/2014

Vaccins obligatoires

La vaccination contre la fièvre jaune est souhaitable, même si elle n’est pas obligatoire. Elle doit être faite, en l'absence de contre-indications, au moins 10 jours avant le départ.

Paludisme

Outre la protection contre les piqûres de moustiques par répulsifs efficaces en zone tropicale pour la peau, les vêtements et l'utilisation des moustiquaires présentes dans tous les hébergements, la prise d'un traitement préventif est impérative partout et y compris dans les zones les plus touristiques de Dakar, de la Petite Côte, de Casamance ou du Siné-Saloum, par Atovaquone-Proguanil (Malarone ou un de ses génériques), Doxycycline ou méfloquine (Lariam) aux posologies habituelles que vous indiquera le médecin consulté.

Vaccins conseillés

Comme toujours et partout, il est important d'être vacciné contre diphtérie, tétanos, coqueluche et poliomyélite, hépatites A et B (en l'absence d'immunité reconnue), typhoïde, rougeole pour les enfants, rage pour les séjours prolongés, surtout pour les enfants, vaccin anti-méningococcique A/C/Y/W (Menveo ou Nimenrix) pendant les périodes épidémiques de la saison sèche, surtout pour les séjours en brousse et en cas de contacts rapprochés avec la population.

Autres risques

La prévention passe par l'observance des conseils prodigués dans nos recommandations générales contre les risques alimentaires, environnementaux et comportementaux. En brousse, la présence exceptionnelle, mais possible, de scorpions ou de serpents, venimeux ou pas, impose que vous vérifiiez leur absence dans votre tente ou votre case, mais aussi dans vos chaussures et vos vêtements. Sur les plages de Dakar, de la Petite Côte ou de Casamance, l’océan Atlantique peut être faussement calme et ses courants violents. Les eaux du fleuve Sénégal et toutes les eaux douces sont très parasitées, les bains y sont donc déconseillés. Les lagunes d'eau de mer du Siné Saloum ne présentent en revanche pas de risque de ce type pour les baigneurs. Il faut rappeler, plus que l’insécurité urbaine, et surtout pour les voyageurs individuels l'insécurité qui règne en Casamance depuis plusieurs années : guérilla politico-tribale qui, si elle n'empêche pas les touristes de profiter des hôtels et des plages du cap Skirring, ne leur permet plus de voyager dans cette superbe région même par la route, pourtant surveillée, qui mène de Ziguinchor au cap Skirring.

Infrastructure

Les infrastructures médicales sont satisfaisantes à Dakar, un peu moins ailleurs. En cas de problèmes que le contact avec votre compagnie d'assistance ne vous aurait pas permis de résoudre, vous pourrez joindre les services de l’ambassade de France à Dakar.

Si, après leur lecture, vous n'avez pas trouvé réponse à toutes vos questions, vous pouvez les poser au docteur Adida : écrire au Docteur Michel Adida
Retour haut
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts. Pour en savoir plus, cliquez ici.