Nos coups de cœur côté Balnéaire

02/10/2014

UNE JOURNÉE DE PÊCHE AU GROS

Saly, la grande station balnéaire de la Petite-Côte, provoque une vive passion chez les amateurs de pêche au gros. Entre mai et juin puis octobre et novembre, les eaux du littoral s’enrichissent de nombreuses espèces imposantes que les courants du Gulf Stream ramènent vers les côtes. Mérous et thons sillonnent communément les hauts fonds, mais aussi et plus rares, les poissons à rostres comme le martin bleu et l’espadon voilier. Pêchés à la traîne aux leurres, ou en laissant flotter un vif (Yaboï), ces monstres marins demandent une réelle maîtrise au pêcheur. La pêche à la palangrotte (filets dérivants), plus apaisée, fait aussi partie des sports pratiqués à Saly.

PRENDRE UN VERRE AU TAMA LODGE

Idéalement situé entre la bruissante station de Saly et le port de M’bour, le Tama Lodge fait face à l’une des plages les plus séduisantes du pays. Les cocotiers font de l’ombre au plus chaud de la journée, tandis que la plage s’anime à la tombée de la nuit : aux enfants les tournois de foot, aux adultes les entraînements de lutte traditionnelle sénégalaise. Ainsi, bien qu’à l’abri des brouhahas de la ville, est-il possible de sentir l’atmosphère vivante et chaleureuse de la côte. Les bungalows du lodge respectent l’ordonnance première des cases traditionnelles tandis que la décoration puise dans toutes les cultures d’Afrique. Des sculptures joyeuses sont éparpillées sur le site comme autant de génies bienveillants ou de totems modernes.

LA GUINGUETTE A MBOUR 

Dans le quartier résidentiel de Saly-Niakhniakhale, la Guinguette pourrait se résumer à un petit restau de plage n’était son jardin, sa décoration et son service impeccable ! La cuisine y est simple mais préparée avec maîtrise et attention. Unanimement, les convives affirment avoir été reçus avec gentillesse et chaleur, ce qui, dans une station balnéaire de l’envergure de Saly doit être salué ! Carte diversifiée mêlant les produits du marché (viandes, poissons, légumes) dans l'élaboration de recettes métissées franco-sénégalaises.

PALMARIN

Palmarin vit de la pêche et de l'agriculture, mais s'ouvre aussi au tourisme, grâce à son immense plage, 30 km de sables blonds et de palmiers, sans constructions. La Maison de l'Eco-tourisme organise des tours en 4X4 à N'dangane par exemple, d'où l'on peut prendre une pirogue pour l'île de Mar Lodj. L'un de ses 4 villages est célèbre pour la Vierge Noire de son église et la messe du dimanche, animée par des tam-tams. On peut aussi découvrir la réserve de Palmarin, une mangrove paisible peuplée d'oiseaux, dormir dans un écolodge intégré aux collines de Niassam de façon parfaite et équipé de panneaux solaires ; faire des sorties hyènes au coucher du soleil ; s'initier à la pêche à la palangrotte le temps d'une demi ou d'une journée. Et visiter les salines, des sortes de puits à sel très particuliers.. 

Retour haut
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts. Pour en savoir plus, cliquez ici.