04/10/2014

Ce pôle économique de la Petite-Côte est aussi l’un des ports les plus importants du pays. D’abord entraînée par la création d’un camp militaire français au XIXe siècle, puis soutenue par l’exportation des arachides, l’activité portuaire de M’bour a conservé une importante pêche artisanale.

Le spectacle étonnant du millier de pirogues colorées partant ou rentrant au port, chargées de leurs prises, se poursuit en coulisses avec le déchargement et le traitement des poissons avant la criée. La saison la plus poissonneuse s’étend de juillet à septembre et se clôture en août et septembre par le kangourang.

Cette fête traditionnelle, classée au patrimoine immatériel de l’humanité par l’Unesco est une persistance d’un rite mandingue d’initiation. Le défilé des initiés portant un costume de fibres rouges et chantant des mélopées ésotériques a lieu tous les dimanches pendant un mois. En décembre, les courses de pirogues de Nianing, port de pêche discret à quelques encablures de M’bour constituent un temps fort pour les pêcheurs qu’il convient de ne pas manquer.

Comme beaucoup de villes sénégalaises, M’bour prend conscience qu’il est indispensable de protéger son patrimoine naturel. L’institut de recherche et développement (IRD) a tracé un sentier pédagogique sur le littoral sablonneux et la lagune pour sensibiliser notamment sa population aux enjeux écologiques.

Le village artisanal de Pack Laobé rassemble une centaine d’artisans peuls qui excellent dans la peinture sur sable, les batiks et la maroquinerie. 

Le plus Comptoir des Voyages

Séjourner au Tama Lodge, notre adresse de charme en bord de mer.

Nous on adore

Profiter de cette plage isolée de la Petite-Côte, à l’abri de l’affluence touristique.

Retour haut
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts. Pour en savoir plus, cliquez ici.