L'île de Gorée

06/10/2014

Cette “ île mémoire ” ne peut que marquer l’imaginaire occidental et africain. Colonisée par les navigateurs portugais, néerlandais et français, elle est aujourd’hui la gardienne des âmes de millions d’esclaves victimes du commerce triangulaire. La ville, embellie au XIXe siècle par les signares, femmes noires mariées aux colons est aujourd’hui un sanctuaire pour les visiteurs afro-américains qui reviennent sur les pas de leurs ancêtres.

Classée au patrimoine mondial de l’Unesco, l’île de Gorée a conservé les témoins les plus explicites de la douleur des uns et du pouvoir des autres. En un étonnant contraste, s’y confrontent les quartiers sans grâce aux imposantes esclaveries et les quartiers d’habitations plus raffinés.

Un mémorial de l’esclavage (1999) posté sur le site incontournable du Castel et La maison des esclaves dont la visite ne peut que troubler, racontent les faits marquants de cette histoire sombre. Troublante aussi l’énumération des personnages qui ont marqué sa destiné : le jardin de Michel Adanson, jardinier du roi, où étaient élevées les plantes en partance pour les Amériques ; la maison de Blaise Diagne, premier député africain du Parlement français, promoteur des Tirailleurs sénégalais…

Elle accueille au XXIe siècle des initiatives originales comme l’école d’élite de Mariama-Bâ, le musée de la Femme Henriette-Bathily, le musée historique du Sénégal ou un centre culturel de renommée internationale ; la voilà chouchou des artistes dont les peintres Fallou Dolly, Cheik Keita et le sculpteur Gabriel Kemzo, des membres de la jet-set sénégalaise et européenne qui transforment cet îlot volcanique de 23 hectares en villégiature et scène ouverte de la création contemporaine. L’île de Gorée, à l’abri de l’agitation de Dakar, est au demeurant une île de charme, apaisante mais bien vivante.

Le plus Comptoir des Voyages

Dormir sur l’île quand la dernière chaloupe a ramené le dernier touriste.

Nous on adore

Visiter la maison des esclaves. Un troublant témoignage de la douleur des uns et du pouvoir des autres.

Retour haut