03/10/2014

Autre grand port de pêche artisanale du Sénégal, Joal est la ville natale de Léopold Sédar Senghor. Quelques-uns de ses poèmes célèbrent l’ancien comptoir portugais devenu villégiature coloniale puis vaste port de pêche. Un musée lui est consacré, il présente, bien sûr, “sa vie-son œuvre” mais également une exposition sur la culture sérère.

Ne cherchez pas cependant le musée Senghor, puisqu’il porte le nom de son père, Mbind-Diogoye ! Le port très actif s’éveille à l’heure où les pirogues rentrent du labeur. Femmes, enfants et aïeuls reçoivent les poissons, les trient, les vident et les étendent sur des clayettes. Étourdissante ronde d’une activité artisanale que les pêcheries de la région n’ont pas totalement fait disparaître.

L’estuaire vasier de Joal est couvert d’une mangrove sillonnée par les bolongs. Au centre, la perle de la Petite-Côte ! L’île de Fadiouth reliée au continent par une élégante passerelle, est une curiosité géologique. Les eaux peu profondes ont sans doute un jour laissé affleurer un banc de sable sur lequel se sont accumulés les coquillages, consommés et laissés là depuis l’Antiquité par les peuples autochtones.

Plages, rues, mortiers des maisons… le coquillage est utilisé pour tout. Le village heureux de sa renommée n’a pas pour autant renoncé à ses traditions. Exemplaire d’une organisation clanique, l’ordonnance des rues et des places, les conseils des sages, les palabres incessantes en sont les traits les plus manifestes.

Plus discrète mais néanmoins présente, la culture animiste qui croit aux pangols, esprits bienfaisants, côtoie à la fois la mosquée et l’église ! Les habitants de Fadiouth, Sérères pour la plupart, sont d’ailleurs fiers de cette entente communautaire. Elle s’incarne remarquablement dans le cimetière posté sur une autre île, d’où la vue sur la lagune est exceptionnelle.

Le plus Comptoir des Voyages

Explorer l’île de Fadiout en pirogue, une curiosité géologique, un banc de sable sur lequel se sont accumulés les coquillages depuis l’Antiquité. 

Nous on adore

Visiter le musée consacré à Léopold Sédar Senghor et à la culture sérère. Notez que le musée porte le nom de… son père : Mbind-Diogoye !

Retour haut
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts. Pour en savoir plus, cliquez ici.