A goûter, siroter...

13/09/2014

À BOIRE…

Contentez-vous de boire de l’eau en bouteille capsulée (vérifiez l’intégrité de la capsule), évitez de rafraîchir vos boissons avec des glaçons.

Les infusions font fonction de jus et sont désaltérantes : jus de bissap (infusion d’hibiscus ou d’oseille de Guinée) ; jus de bouye (fruit du baobab appelé aussi pulpe de pain de singe) ; jus de gingembre corsé ; d'hibiscus), jus de ditakh (se consomme de préférence en décembre-janvier)…

Bien que musulman, le pays produit des bières agréables (Flag ou Gazelle). Le vin de palme est une spécialité de la Casamance.
Le thé à la menthe est servi partout. Il s’accompagne d’un rituel convivial et très codé.

À MANGER…

Riz et poissons sont d’incontournables ingrédients de la cuisine sénégalaise.

Le thieboudienne est un plat de riz et de poisson (le plus souvent du mérou), de légumes, piments et oignons. Deux variantes : le "tieb khonke", à la sauce tomate et le "tieb wekh", sans tomate.

Le mil, le fomio de Casamance et le sorgho sont les céréales du couscous. Elles servent également à confectionner des boulettes, ou des bouillies que l’on mange accompagnées de lait caillé ou de yaourt sucré, de raisins secs et d’épices.

L’inventaire des poissons est considérable mais les plus fréquents sont le mérou, le thon, la sole.

Le poisson à la saint-louisienne est un poisson farci. Coquillages et crustacés, crevettes, gambas, crabes, poulpes, huîtres de palétuvier complètent l’assiette du pêcheur.

Le poulet est bien plus fréquent que le bœuf ou le mouton. Le premier est servi à toutes les sauces : en maffé avec des arachides ou yassa avec du jus de citron. Si vous avez le choix, optez pour un poulet-bicyclette. Libre d’aller et venir, il a une chair plus savoureuse que les poulets d’élevage.

Pour vous dépayser, testez l’igname en purée ou en frites ou le gombo en soupe ; la patate douce entre dans la composition du thiou, un ragoût de légumes et de viande (ou de poisson). 

BIZARRE, BIZARRE…

Le yet, escargot de mer, est décoquillé puis enfoui sous le sable. Suffisamment faisandé, il est séché au soleil. Il sert d’épice aux plats traditionnels comme le thiboudienne. 

Retour haut
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts. Pour en savoir plus, cliquez ici.