Peuples et institutions

17/08/2017

politique

La constitution russe prévoit que le le président soit élu au suffrage universel pour un mandat de quatre ans et qu’il nomme son premier ministre, avec l’approbation de la Douma. Si le président ne peut plus assurer ses fonctions, c’est le premier ministre qui prend l’intérim. L’Assemblée fédérale et ses deux chambres : le Conseil de la Fédération (178 membres, nommés pour quatre ans par les responsables exécutifs et législatifs des unités administratives fédérales) et la Douma (450 membres, élus pour quatre ans selon un système mixte de représentation) détiennent le pouvoir législatif. Quant au pouvoir judiciaire, il est réglementé par les cours constitutionnelle, suprême et supérieure arbitrale.

économie

L’économie du pays semble bien repartie avec une croissance du PIB de 3,1 % en mai 2017, un taux de chômage en baisse (-7,3 % entre 2015 et 2016), et un taux d’inflation en-dessous de 5 %. Depuis la fin de l’ère soviétique, l’économie russe a connu des hauts et des bas. Passer du communisme au capitalisme du jour au lendemain n’est pas chose aisée. Aujourd’hui, ce sont les importantes richesses naturelles : pétrole (2e producteur et exportateur mondial), gaz (1er producteur et exportateur mondial), bois, minerais… qui font la force de son économie. Mais l’exploitation de ces richesses reste dépendante des cours mondiaux et elle souffre de manque d’investissement en termes d’équipement. Malgré des bons taux en début d’année 2017, l’économie russe reste fragile, sa modernisation nécessaire pour réduire sa dépendance face aux exportations de produits énergétiques s’annonce difficile en raison de son nouvel isolement à cause des interventions militaires en Syrie et en Ukraine. Une autre caractéristique de l’économie de la Russie de Poutine est son aspect étatiste. L'État garde le contrôle des réseaux d’exportation des hydrocarbures, intervient dans le développement du nucléaire civil et, de façon générale, limite les investissements étrangers dans les secteurs stratégiques. Mais cette économie a des conséquences sociales. L’écart entre les revenus est abyssal et 13 % de la population russe vit sous le seuil de pauvreté.

peuples

Les Russes représentent environ 80 % de la population totale. Les minorités les plus importantes sont les Tatars (3,8 %), les Ukrainiens (3 %), les Tchouvaches (1,2 %) et les Bachkirs (0,9 %).

Retour haut
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts. Pour en savoir plus, cliquez ici.