nos coups de cœur à Moscou

02/09/2017

goûter chez une babouchka moscovite

Quand on va en Russie, on est impressionné par le nombre de babouchki (« mamies ») toujours au travail dans les musées, les restos, les transports en commun et on se dit que ces femmes doivent avoir mille histoires à raconter. Alors pourquoi ne pas passer une après-midi avec l’une d’elles dans un appartement moscovite. Au programme, décor à la fois typique et personnel, biscuits autour du samovar et surtout, son histoire à elle de l’URSS, des guerres et de l’après-perestroïka.

admirer la collection de la galerie Tretiakov

L’industriel Pavel Tretiakov avait du goût et les moyens de satisfaire sa passion : l’art. La galerie moscovite qui porte son nom abrite l’une des collections personnelles les plus importantes au monde : plus de 15 000 tableaux, 4 500 icônes et sculptures, et une centaine de milliers de dessins et de documents. Fondé en 1856, le musée regorge d’icônes magnifiques, d’œuvres datant des trois derniers siècles dont du Chagall et du Kandinsky. Un incontournable pour les amateurs d’art ou tout simplement de belles choses !

rallier Moscou à Saint-Pétersbourg en train

Train de nuit ou express : les deux possibilités existent désormais pour voyager de Saint-Pétersbourg à Moscou. Depuis 2009, on peut prendre le Sapsan, un nom qui signifie « faucon pélerin », équivalent russe du TGV, pour faire le trajet entre les deux villes en quatre heures à une vitesse moyenne de 240 km/h. À bord, le service est impeccable. En prenant un billet en première classe, on a même un repas servi à sa place par une charmante hôtesse. Pour ceux qui préfèrent prendre leur temps, le train de nuit, la Flèche Rouge reste une bonne façon de relier les deux villes, en se faisant bercer dans des voitures-couchettes et un univers très Agathie Christie… sans les crimes !

retomber en enfance au cirque Nikouline

Au cirque Nikouline, on retourne en enfance, tout en découvrant un autre monde, celui de la tradition du cirque russe où clowns et parades de chevaux se mélangent. C’est en 1880 que l’acrobate et agile cavalier Albert Salamonsky crée son théâtre-cirque sur le boulevard Tsetnoy à Moscou. Il devient vite le fief du célèbre clown Youri Nikouline qui laisse son nom à ce cirque qui fait toujours le bonheur des grands comme des petits avec au programme des réjouissances : des acrobaties avec des ours, des chevaux, des singes et des chiens. Et bien sûr, des clowns !

Retour haut