4 conseils pour se fondre dans le décor

24/08/2017
1

Prendre un bain

Le bania est un bain russe à vapeur chaude qui se distingue du sauna finlandais à chaleur sèche. Qu’il se présente sous la forme d’une simple cabane en rondins ou qu’il soit installé dans des établissements moscovites somptueux, son principe est le même. La vapeur est obtenue en aspergeant d’eau un poêle en brique ou des pierres chauffées. Les Russes vont au bania principalement pour favoriser la circulation sanguine et nettoyer la peau en profondeur. Comptez 2 h pour un bania à la russe. Commencez par chausser vos tapotchki (pantoufles) et couvrez votre tête d’un shaykama (bonnet en feutre) pour vous protéger de la chaleur. N’oubliez pas votre serviette pour ne pas vous brûler sur les bancs et laissez votre maillot de bain à la maison. Préparez d’abord votre corps à la chaleur avant d’entrer dans l’étuve, d’où vous ressortirez sitôt que la chaleur devient insoutenable (5 min environ). Prenez une douche froide et répétez l’opération, cette fois en vous fouettant le corps avec un venik, un bouquet de branches de bouleau séchées que l’on trempe dans l’eau chaude pendant 10 min afin de l’assouplir.

2

Partager un thé

Si vous êtes un jour attendu pour le thé, soyez certain qu’un accueil chaleureux vous sera réservé et que vous serez reçu comme un tsar. L’équivalent russe du tea time n’existe pas. En Russie, le thé se boit à n’importe quelle heure de l’après-midi et ce moment de convivialité peut durer des heures. Autrefois, les accords commerciaux se nouaient d’ailleurs autour d’un samovar. Il est de tradition d’offrir un petit cadeau à son hôte. En arrivant, il faudra vous déchausser avant d’entrer à l’intérieur. Vous serez certainement convié à visiter l’appartement avant d’être invité à vous asseoir dans la cuisine, le pivot du foyer russe. Un conseil : déjeunez léger car le thé n’est jamais servi seul. Les familles russes ont l’habitude de confectionner des petits sandwichs, plusieurs sortes de salade, des gâteaux… et vos hôtes s’assureront que vous les quitterez bien rassasié. Soyez également prêt pour de longues conversations que les Russes apprécient particulièrement. Il n’est pas rare de se retrouver dissertant sur les choses de la vie, sur la situation politique ou encore sur les œuvres de Dostoïevski.

3

Aller à l'église

De la cathédrale de l’Annonciation à Moscou et sa fabuleuse iconostase à celle de la Nativité-de-la-Vierge, coiffée de bulbes étoilés en passant par Notre-Dame-de-Kazan, dominant la perspective Nevski, vous serez forcément tenté de pénétrer dans une église orthodoxe. Voici quelques conseils pour réussir votre visite. Très souvent les Russes font le signe de croix avant d’entrer dans l’église puis de nouveau à l’intérieur de l’église. Le signe de croix orthodoxe, se fait avec trois doigts et il est inversé par rapport au signe de croix catholique. Avant d’entrer, les femmes doivent avoir la tête couverte, tandis que les hommes se découvrent. Il est recommandé de se vêtir modestement et de porter des chaussures confortables. Sachez en outre qu’il est inconvenant de tourner le dos à l’autel. Les Russes orthodoxes prient debout et les quelques sièges que compte l’église sont réservés aux personnes âgées ou invalides. Dès l’entrée, les fidèles se dirigent vers les icônes pour les embrasser, presser leur front dessus avant de les embrasser de nouveau. Pour finir, ils s’inclinent puis effectuent le signe de croix.

4

Célébrer Pâques

Considérée comme la plus grande fête du calendrier orthodoxe, c’est en Russie que la célébration de Pâques atteint son plus grand éclat. Si vous voyagez en Russie pendant la semaine sainte, ne manquez pas de participer aux festivités. Les jours précédant Pâques, on s’active en cuisine pour préparer le koulitch et la paskha, deux desserts servis pour l’occasion. Le premier est un gâteau aux amandes et fruits confits de forme cylindrique, et orné des lettres cyrilliques X et B pour Krhistos voskressé, « le Christ est ressuscité ». Le second est un fromage blanc égoutté. Parallèlement, on fabrique les œufs de Pâques qui seront bénis à l’église, puis offerts aux amis ou à la famille. Après avoir tracé au crayon les motifs de l’œuf, celui-ci est imperméabilisé à la cire puis plongé à 3 reprises dans des bains de colorants. Il est ensuite passé sous une flamme qui fait fondre la cire et révèle les motifs. Le grand soir venu, tout le monde se presse à la messe de minuit. À la sortie, la perspective d’une table abondamment garnie et de réjouissances en famille pousse chacun à rentrer chez soi.

Retour haut
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts. Pour en savoir plus, cliquez ici.