17/10/2016

Majoritairement peuplée par les Allemands, la ville est ballotée d’un empire à l’autre au gré des conflits du XIXe siècle et XXe siècle. Le Grand Olomouc fondé en 1919 réunit enfin les populations irréconciliables du centre ville à majorité allemande et des faubourgs à majorité tchèque. La fin de la Seconde Guerre précipitera le départ des habitants germanophones. Le patrimoine, le second en importance après Prague porte les traces de cette mixité. Le noyau historique s’organise autour de deux grandes places dites haute et basse : Horní náměstí et Dolní náměstí, situées à l’ouest de la ville marquées par le style gothique de son église Saint-Maurice et l’hôtel de ville.

Les maisons de marchands sont, quant à elles, inspirées de la Renaissance. Mais le baroque prédomine, la ville ayant été reconstruite après la guerre de Trente ans : six fontaines et la colonne de la Sainte-Trinité (inscrite sur la liste du Patrimoine de l’Unesco) sont de remarquables témoignages de l’adaptation du baroque au style régional. Autour de la cathédrale Saint-Venceslas, le château fort et les maisons canoniales disent l’importance du clergé à partir du xive siècle. Le palais épiscopal est l’un des rares vestiges de l’architecture romane dans le pays. De nombreux parcs et jardins, vergers paysagers ouverts au XIXe siècle aèrent la cité. Son université a assuré un rajeunissement de la population et Brno, Olomouc est une ville dans laquelle il est agréable de sortir.

Retour haut
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts. Pour en savoir plus, cliquez ici.