Géographie et environnement

15/10/2016

Géographie

Petit territoire au regard de son voisin polonais au nord et à l’est, la République tchèque est géographiquement située au cœur de l’Europe centrale, cernée au sud-est par la Slovaquie, au sud par l’Autriche, au nord-ouest et à l’ouest par l’Allemagne. Néanmoins, elle en est séparée par des reliefs et son identité est assez différente, fruit des brassages historiques et de l’alternance de plaines et de massifs montagneux de basse altitude.

La Bohême est un plateau bordé de chaînes de montagnes entrelacées. Les monts Métallifères (1 100 m) au nord-ouest marquent la frontière avec l’Autriche, les monts des Géants celles de la Pologne (point culminant de la République tchèque : la Sniejka, 1602 m), la forêt de Bohême se prolonge en Allemagne et forme le plus vaste couvert forestier d’Europe. De nombreux fleuves prennent leur source dans ces massifs dont l’Elbe et ses affluents (avec la Vltava qui traverse Prague) avant de rejoindre l’Allemagne et de se jeter dans la mer du Nord.

Une zone de préplaines sépare la Bohême de la Moravie qui occupe pour partie une dépression encaissée entre les Carpates et le Bassin de Vienne. La vallée de la Morava marque la frontière avec la Slovaquie.

Faune

Quelques-unes des espèces les plus représentatives de l’Europe centrale sont toujours visibles dans les forêts et les plaines : sangliers, marmottes, loutres, martres, lièvres et gros gibier. Les oies sauvages et les cigognes blanches impressionnantes, les canards sont familiers. Les populations de grues cendrées ou faucons pèlerins et pygargues à queue blanche auraient augmenté. Les rapaces se font plus rares, mais demeurent dans les montagnes. L’ours brun et le loup se cantonnent à la forêt du nord-est de la Moravie.

Dans les zones humides, les tourbières et à proximité des étangs tout un petit peuple s’ébat : salamandre tachetée, le triton alpestre ou la reinette arboricole. Les eaux saumâtres accueillent les carpes, les truites et les brochets se réservant les eaux vives.

Mélange d’andalou et de napolitain, le Kladruber est un haut cheval sombre conçu au xvie siècle pour tirer les carrosses. Il est élevé aux haras de Kladruby nad Labem (Bohême orientale) et fait partie depuis 1995 des éléments culturels nationaux sur la liste de l’Unesco.

Flore

La forêt conserve sa superbe (33 % de la surface) en dépit des zones déboisées par l’agriculture et l’industrie des plaines. Forêt secondaire pour les 2/3, mais riche en essences diverses comme les chênes, les épicéas ou les sapins. Le géant, celui que l’on vénère, est le tilleul de Vedja, classé arbre historique atteignant 130 m ! On le trouve sur la commune de Pastiviny. Celui de Klokočov serait le plus vieux dont l’existence est attestée depuis le xive siècle.

Des chercheurs tchèques ont démontré que la flore était en mesure de s’adapter au réchauffement climatique. Mais ne survivront que les plus résistantes à ces changements. La diversité des espèces favorisée par celle des habitats est encore remarquable : 2 700 espèces de plantes vasculaires, dont 43 %, sont menacées.La Moravie est la patrie de la pulsatille printanière, de l’anémone sylvie, du pissenlit oriental ou du nénuphar blanc. 

Environnement

Signataire du protocole de Kyoto, le pays ne se désintéresse pas de l’environnement. Les espaces protégés représentent 9,2 % du territoire. Selon leur statut, ils sont plus ou moins confrontés à la cohabitation humaine. Appartenant au réseau européen Natura 2000, elle respecte en effet ou tente de faire respecter les règles d’une cohabitation durable, non sans quelques frottements. Elle revient de loin étant 1989, l’un des pays les plus pollués d’Europe.

La forêt et les bocages ont été les premières victimes de la collectivisation de l’agriculture. De nombreux terrains ont été artificiellement asséchés pour créer des sols favorables aux plantations. Oiseaux et faune lacustre en ont payé le prix fort ainsi que les populations de rives des cours d’eau qui ne trouvant plus d’exutoires naturels sortent de leurs lits. Les inondations de 2002 en sont l’exemple. Dans le même temps, les nappes phréatiques étant asséchées, les périodes sans pluie deviennent rapidement critiques.

Elle a aussi mené de réels efforts en Moravie-Silésie et en Bohême du nord, régions industrielles (sidérurgie, automobile, industrie pharmaceutique). Des programmes pour l’amélioration de la qualité de l’air ont porté leurs fruits. La lutte contre les pluies acides n’est pas terminée bien que de multiples efforts aient été faits. Les arbres fragilisés sont atteints de maladies ou victimes de parasites.

Retour haut
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts. Pour en savoir plus, cliquez ici.