À bouquiner, visionner...

14/10/2016

À lire

Très peu d’œuvres antérieures à la fin du XIXe siècle ont été traduites et en particulier celles du mouvement du Renouveau national, incluant philosophes, grammairiens et auteurs romantiques. En revanche, nombre d’auteurs ont été traduits en français appartenant à la Nouvelle vague des années 1960, issue du Printemps de Prague. On se plongera dans les romans de Milan Kundera, Bomuhil Hrabal, Jaroslav Seifert.

Classé sans suite de Patrik Ouředník : un polar bien mené qui a pour scène un district de Prague. Se servant des règles du genre, l’auteur dresse une satire sociale de son pays. Éditions Allia.

Un été capricieux de Vladislav Vančura : l’un des livres les plus populaires des années 1930. Ce roman humoristique vaut pour son langage baroque et archaïque, qui donne une idée de la saveur et de la complexité de la langue tchèque.

Une trop bruyante solitude ou Les Noces dans la maison, entre autres œuvres de Bromuhil Hrabal : toutes deux dépeignent avec vigueur et précision l’âme tchèque, ses contradictions et sa philosophie.

Réinventer le monde de Roman Krakovsky : un essai qui revient sur l’épopée communiste et la révolution sociale qui y était envisagée, dont on connut plus tard les travers.

Les Croisades anti-hussites (1420-1436) ont marqué l’histoire ; le dessinateur de manga Kouichi Ohnishi s’en est inspiré pour une série Dívčí Válka (Éd. Komikku) où il s’intéresse au sort des femmes de cette époque.

 

À regarder

Moi qui ai servi le roi d’Angleterre : le récit savoureux d’un jeune groom qui deviendra millionnaire grâce aux événements de la Seconde Guerre mondiale et ses conséquences réalisé par le tchèque Jiri Menzel et adapté du roman de Bromuhil Hrabal.

Le Roi Lavra, d'après un poème de Karel Havlíček Borovský du réalisateur de film d’animation Karel Zeman (voir avec ses enfants le musée qui lui est consacré à Prague). La Magie Karel Zeman (Malavida éd.) regroupe cinq courts métrages : Rêve de Noël, Un hamster, Un fer à cheval porte-bonheur, Monsieur Prokoul horloger et Inspiration sur un CD.

Les Petites Marguerites (1966) de Věra Chytilová suit Petites Perles au fond de l'eau (1965), un film manifeste du mouvement de jeunes cinéastes de la Nouvelle vague. Les petites marguerites jettent au panier le réalisme convenu de l’ère soviétique.

Kolya de Jan Sverak : une histoire émouvante d’un homme qui se retrouve sans l’avoir voulu responsable d’un enfant russe abandonné par sa mère. Oscar du meilleur film étranger en 1996.

Retour haut
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts. Pour en savoir plus, cliquez ici.