09/03/2016

Les temples de Khajuraho sont l’œuvre du clan rajpoute des Chandella qui règne sur le centre de l’Inde entre le IXe et le XIe siècle. À cette époque, les royaumes indépendants, bien que nombreux, sont florissants. L’agriculture et le commerce se développent en dehors ou en dépit des conflits. Toute l’Inde bénéficie alors de l’expansion des religions et des arts. Les souverains s’offrent de nouvelles villes et de somptueuses résidences d’été à proximité des temples tels Khajuraho. Démonstration exemplaire de la cohabitation des confessions, l’ensemble comprend dès son origine 85 temples hindous et temples jaïns (il en demeure 22). Éloigné des convoitises des envahisseurs, puis délaissé à la chute de l’Empire chandella, cet ensemble a été englouti par la jungle avant d’être extrait de sa gangue végétale au XIXe siècle.

Trois temples hindous s’imposent comme les plus beaux exemples de l’architecture sacrée du Nord de l’Inde. Ils témoignent du goût des Chandella pour la sculpture, portée ici à un raffinement extrême. Le Lakshamana (950) de style Panchayatana, comprend quatre sanctuaires et un principal. Il est dédié à Vishnou. L’extérieur abondamment décoré est recouvert de 600 représentations des dieux indiens, de couples et de scènes érotiques quand l’intérieur se révèle relativement sobre. Suivant le même plan, le Kandariya Mahadeva (1050) appelle tous les superlatifs : le plus grand, le plus beau, le plus ouvragé. Le foisonnement des sculptures (800 à l’extérieur et 280 statues à l’intérieur), leur expressivité et leur finesse permettent d’entrer dans le panthéon complexe de l’hindouisme. Partageant le même socle, le temple de Devi Jagadamba est un joyau raffiné et méconnu. Des sept temples jaïns, le Parsvanath est sans doute le plus délicatement sculpté.

Le plus Comptoir des Voyages

La présence d’un guide accompagnateur francophone qui vous dévoilera tous les secrets du site.

Nous on adore

L’hypothèse expliquant les sculptures érotiques de Khajuraho. Elles auraient été créées pour protéger le temple de la colère de la déesse de la Foudre. Très chaste, elle ne pouvait regarder les sculptures en face.

Retour haut