Jaisalmer et le désert du Thar

13/03/2016

Tout comme Bikaner, Jaisalmer a construit sa fortune avec les caravanes traversant le désert de Thar, le « Grand désert indien » (200 000 km²). Postée à la lisière du Pakistan, elle drainait l’essentiel du commerce entre l’Afghanistan et l’Asie centrale. D’abord cité de forbans, pilleurs de caravanes, la ville s’assagit au XVIe siècle pour devenir un pôle marchand et une villégiature prisée des nobles et des riches commerçants. Elle s’étend alors en dehors des murs de la citadelle du XIe siècle qui sera agrandie et raffinée au fil des siècles. Sept temples jaïns remarquables, palais et haveli, composent l’essentiel de son patrimoine. Fait unique en Inde : quelques milliers de personnes vivent encore en ses murs. Fragilisée par le développement urbain et l’eau des systèmes d’irrigation qui rongent les flancs de grès, la forteresse de Jaisalmer bénéficie depuis 2013 de la protection du patrimoine mondial de l’Unesco. À ses pieds, la ville « moderne » possède quelques haveli du XIXe siècle.

Le désert du Thar, en dépit de la dureté de son climat, serait le plus densément peuplé au monde. Cette population composée de Rajputs et de nomades s’est regroupée dans les trois villes principales (Jodhpur, Bikaner, Jaisalmer). Il sera peut-être demain une ressource d’énergies vertes, vents et soleil y étant constants. Des initiatives locales sont déjà expérimentées, et des projets plus ambitieux sont développés, le gouvernement indien ayant pour objectif d’installer 100 GW de photovoltaïque d’ici 2019.

Le plus Comptoir des Voyages

Passer la nuit dans un camp de tentes dans le désert du Thar et entendre chanter les oiseaux au réveil.

Nous on adore

Regarder le fort de Jaisalmer sous les feux du couchant au moment où il revêt sa plus belle couleur topaze.

Retour haut
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts. Pour en savoir plus, cliquez ici.