Nos petits secrets en Ontario, dans la région des Grands Lacs et au Manitoba

11/11/2013

BAIE GÉORGIENNE ET PÉNINSULE DE BRUCE

Prolongation de l’escarpement du Niagara, la péninsule de Bruce, terminus de la Bruce Trail, chemin de grande randonnée, sépare le lac Huron de la baie Georgienne en plongeant sous les eaux des Grands Lacs, en faisant surgir moult écueils et îlots, parfois juste un rocher piqué d’un sapin, avant la résurgence de Manitoulin. Les eaux sont tellement transparentes qu’elles font le bonheur des plongeurs sur épaves au parc national marin de Fathom Five et des plaisanciers. On peut aussi se balader en bateau à fond de verre. Remarquez l’amusante et minuscule Ile Flowerpot, accessible à pied. Les jolies plages de sable d’autant plus appréciées que l’eau reste toujours fraîche alternent avec d’agréables stations touristiques riches de souvenirs historiques, telles Goderich, Tobermory, Penetanguishene ou Midland, à proximité de laquelle se trouve la reconstitution émouvante de la mission jésuite de Ste Marie des Hurons. Les marches dans le Bruce Peninsula National Park, tapissé d’essences rares et peuplé d’animaux sauvages, sont récompensées par des points de vue magnifiques.

ÎLE DE MANITOULIN

Selon la légende amérindienne, l’Ile de Manitoulin a marqué l’achèvement du monde par le "Grand Esprit", qui a créé l’île comme lieu de repos personnel, après avoir choisi l’eau la plus cristalline, prélevé les plus beaux arbres et l’air le plus pur. Un petit paradis ! C’est ce qu’on apprend  à l’Ojibwe Cultural Foundation, et aussi que Manitoulin est la plus grande île en eau douce de la planète avec ses 2700 km². km².la plus grande en eau douce de la planète avec ses Lacs en s' Une île qui a toujours servi de refuge aux tribus, son territoire n’ayant jamais été ni conquis ni cédé. Pour rallier l’île demeurée très nature, un ferry quotidien opère du printemps à octobre, le Chi-Cheemaun. Par la route, Manitoulin peut s’envisager comme un stop de quelques jours, pourquoi pas avec le parc Killarney, entre Sudbury et Sault Ste. Marie, l’occasion de faire en route une croisière dans les Trente Mille Iles atomisées façon puzzle le long de la baie Géorgienne ? A Wikwemikong, trois tribus ont créé une alliance entretenant leurs cultures et traditions, mises en valeur lors d’un Pow Wow début août. Aux Bridal Veil Falls près de Kagawong, on peut nager au pied des chutes et même passer derrière le rideau d’eau ! Pour la rando, les 12 km de la Cup & Sauver Trail passent par quelques-uns des sommets de l’Escarpement du Niagara.

SAULT SAINTE-MARIE

Surnommée Soo, Sault Ste Marie est en réalité une paire de villes jumelles, la canadienne séparée de l’américaine par la rivière Saint Mary’s, dont la cascade saute du lac Supérieur au lac Huron. Une étape au cœur des Grands Lacs, entre Sudbury et Wawa qui permet de passer aux USA. Soo est l’une des plus vieilles villes d’Amérique. Tous les explorateurs français y sont passés, le jésuite Marquette y a fondé une mission. Mais la fortune, c’est à leur position de contrôle de tout le trafic maritime des Grands Lacs, fourrure en tête, que les jumelles la doivent. Cela dit, canaux et écluses, les locks, ont dû être aménagés. Malgré ses usines de  sidérurgie et de papier, son intense trafic maritime, la Soo canadienne est une ville paisible, au centre coquet grâce à des artères arborées et de vieilles demeures, telle la maison Ermatinger-Clergue, de 1824. De janvier à avril, les glaces prennent tout en étau. Pour voir au plus près les énormes navires se faufilant dans les écluses, rien ne vaut l’excursion en bateau. Pour une vue à 360°, on peut monter, côté US en haut de la Tower of History. Le Canadian Bushplane Heritage Centre, avec sa collection d’avions, hydravions, bombardiers d’eau, raconte les exploits des pilotes pionniers de la lutte contre les incendies de forêt. On a bien aimé le mirador, le simulateur de vol, les effets spéciaux du cinéma. Le MS Norgoma du parc Roberta Bondar est un ferry-musée dédié à la navigation sur les Grands Lacs. Plus loin, l’Agawa Canyon Park que l’on peut approcher grâce à une belle excursion en train (600 miles AR tout de même).

SAINT JACOB

Au lieu de vous précipiter comme tout un chacun de Toronto à Niagara, faites un crochet par Kitchener et Waterloo. Juste au nord, le village de Saint Jacob, avec son ambiance rurale à souhait et sa rue principale aux allures de temps jadis, est une halte bien dépaysante. Vous y tomberez sur une importante communauté Menonnite dont les plus conservateurs, vêtus à l’ancienne, refusent, à l’instar des Amish, le confort de la modernité. Témoins en sont les carrioles que l’on croise dans la campagne… Au Visitor’s Centre, en sus de photos et d’expositions diverses, un film de 13 minutes, "The Old Order", raconte l’histoire, la culture et la religion des Mennonites en Ontario et ailleurs. Les jeudis et samedis, plus les mardis en été, se tient le plus important Farmer’s market du Canada. Un spectacle très couleur locale, pratique pour les courses en vue d’un pique-nique au hasard des pistes cyclables près d’un vieux pont couvert. Sinon offrez-vous le Stone Crock Restaurant. Magasins d’antiquités, boutiques d’artisanat, magasins d’usine combleront toutes les envies de shopping. Un antique train à vapeur propose des excursions au départ de Waterloo.

UPPER CANADIAN VILLAGE

Dans un joli site en bord de lac, 10 km à l’ouest de Morrisburg, Upper Canada Village est une halte parfaite sur la Route des Mille Iles, entre Kingston et Montréal ou Ottawa. La principale attraction est la reconstitution d’un village typique du Haut-Canada des années 1860-70. Si saisissant de vérité que le site est régulièrement classé parmi les 10 meilleurs lieux historiques d’Amérique du Nord, et qu’il sert de cadre à de nombreuses manifestations, concerts ou mariages. On n’y est pas tous seuls certes, mais c’est fascinant ! Des habitants du coin en costumes d’époque occupent de vieux bâtiments en bois sauvés de la démolition. De la boulangerie, au poste de pompier, de l’école, l’église à l’hôtel, la ferme, la maison du docteur, la forge, la minoterie à vapeur ou la scierie, rien ne manque. Comme W. Allen dans "La Rose Pourpre du Caire", on peut là-bas aller et venir à sa guise à pied, à cheval, en calèche ou en bateau, tout en remontant le temps. Vos enfants vont adorer les personnages toujours disponibles pour raconter les métiers d’autrefois. Au voisinage, l’Upper Canada Migratory Bird Sanctuary permet d’observer quantités d’oiseaux de passage dans leur habitat de bord de fleuve, l’emblématique bernache en tête, de préférence au printemps ou à l’automne.

LE MANITOBA, WINNIPEG ET CHURCHILL

Le Manitoba

Les fans de Hergé se souviennent de la BD "Le Manitoba ne répond plus", une aventure de Jo, Zette et Jocko, restés dans l’ombre de Tintin. Ce titre a été repris par Gérard Manset pour un album de chansons où il est question de paradis oublié où l’on "entend chanter le vent, dans le fond de mon rêve, qui n’a que le soleil, le bruit des arbres et le chant de la vie"… C’est vrai, le Manitoba, qui tire son nom d’une île où le créateur joue du tambour, est un poème. Sous un ciel immense, défilent les nuages qui appuient l’horizontalité de l’espace, à peine rompue par de hauts silos. Les eaux, bois et herbes ondulant sous le vent déroulent leur spectacle à l’infini. Ce territoire fut le théâtre de l’expansion canadienne, avec l’arrivée, selon les époques, des explorateurs, voyageurs francophones puis anglophones, et enfin, une fois le train construit, de colons d’Europe de l’Est.  

Winnipeg

Winnipeg est vibrionnante, sans doute en raison de son multiculturalisme, que l’on décèle aussitôt aperçus les bulbes de ses églises orthodoxes... Son calendrier événementiel est démentiel, ses musées, par exemple le Manitoba Museum ou les galeries d’Art Inuit de la Winnipeg Art Gallery sont passionnants, ses vieux quartiers à l’architecture désuète pleins de charme. St Boniface, quartier français historique autour de la cathédrale, ou les Forks, entre les rivières Assiniboine et Red. C’est dans l’Exchange District qu’a en partir été tourné " L’Assassinat de Jesse James par le lâche Robert Ford" avec Brad Pitt. Il y a plusieurs excursions intéressantes à faire à la périphérie de Winnipeg : le Lower Fort Gary, classé National Historic Site, à Steinbach, le Mennonite Heritage Village, les bisons de FortWhyte Alive, ou beaucoup plus à l’ouest, la bourgade d’Austin au cœur du Manitoba agricole.

Churchill

A la frontière de la taïga et de la toundra, Churchill (alias C-Town) est peuplée d’Inuits, Crees et Chippewas. Si on la surnomme "capitale mondiale de l'ours polaire", c’est qu’on vient du monde entier pour y observer les ours blancs. Parce qu’en attendant de rejoindre leur territoire de chasse une fois la banquise formée, les fauves sont attirés par les activités humaines (surtout les poubelles, justification de la Polar Bear Jail, où l’on enferme les plus turbulents avant de les relâcher plus loin !), et sont assez "faciles" à croiser. Les conditions ? Réserver TRES longtemps à l’avance (meilleure période, entre mi-octobre à mi-novembre), monter à bord d’un véhicule tout terrain surélevé, le fameux "Toundra Buggy". Les safaris-photos sont inoubliables ! Sur place, on peut aller voir le "Prince of Wales", un fort de la Compagnie de la baie d’Hudson qui connut une reddition. Dans l’estuaire aux eaux plus chaudes en juillet-août, défilent des bancs de bélugas et, au fond des eaux, git l’épave d’un gros Curtiss C-46 Commando, vétéran de la 2nde Guerre Mondiale, naufragé en 1979 et surnommé "Miss Piggy", en raison du chargement qu’il contenait. Le sort des cochons nous est resté inconnu…Mais attention où l’on met ses pieds, une bête peut toujours rôder dans les parages…

Retour haut
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts. Pour en savoir plus, cliquez ici.