Nos petits secrets dans les provinces maritimes

18/11/2013

CARAQUET

Caraquet, fière de son Musée Acadien, est le lieu du plus important festival acadien avec 10 jours de musique et de théâtre au mois d’août, avec en point d’orgue la bénédiction de la flotte. Arrivez tôt, assistez à la cuisson à l’ancienne des repas, dégustez à midi !
Ce petit port de pêche fondé en 1758 sera votre base pour explorer la presqu’île acadienne. On trouve de très jolies plages dans la région de Grande-Anse, d'Anse-Bleue, de Maisonnette et de Bas-Caraquet. Recueillez-vous dans la touchante petite chapelle de Ste-Anne-du-Bocage construite vers 1840.
Pour un bon bol d’air, poussez jusqu’aux îles Lamèque, que se disputent véliplanchistes et oiseaux. Au phare de l’île Miscou, souvenez-vous de la légende micmac du "gougou", un géant dévoreur d’Indiens, qui avait abusé même Champlain ! Et ne manquez pas à 11 km, le Village Acadien. C’est plus de 40 bâtiments originaux collectionnés dans la région, des interprètes en costume d'époque qui revivent les coutumes et métiers traditionnels de 1770 à 1939. On peut aussi se laisser tenter par Shippagan. Son Aquarium et son Centre Marin gardé par un joli phare de 1906 transporté depuis l'Ile-du-Portage, sont parfaits pour les enfants.

L’ÎLE-DU-PRINCE-ÉDOUARD

Le temps semble s’être arrêté sur l’Ile du Prince Edouard, à laquelle on accède par le pont de la Confédération, achevé en 1997 seulement. Une attraction en soi avec ses 13 km dominant les flots de 60 mètres !
Bleu du ciel, vert ardoise de l’océan, émeraude ou topaze des champs, ocre des plages, rouge du homard ou des falaises, la palette locale est éclatante. Les belles plages sont propices au farniente et comme l’île repose sur un plateau peu profond, l’eau a le temps de se réchauffer. Balades à pied ou à vélo, ramassage de coques, dégustation d’huîtres de la Baie de Malpèque, de moules et de crème glacée, châteaux de sable, observation des oiseaux, on peut rester très actif tout en étant à la plage…
La capitale, Charlottetown, possède de vieilles demeures autour de Victoria Park, de Grafton et Kent Streets. L’île se visite grâce à trois routes touristiques. La Kings (360km) à l’atmosphère très maritime, où se trouve Souris, le port desservant les Iles de la Madeleine. La Blue Heron (195km), centrée sur le Queen County, passe par le fréquenté Parc de l’Ile du Prince Edouard et la plage de Cavendish. La Lady Slipper (290km) dans le Prince County, partant de Summerside, seconde agglomération de l’île, aligne de nombreux sites et souvenirs historiques rattachés à l’Acadie.

TERRE-NEUVE ET LABRADOR

Attention, le secret n’est pas si petit que ça ! De dimensions un peu plus modestes que la France avec ses 405000 km², c’est la plus grande province atlantique. Alors prévoyez un temps raisonnable… Elle englobe l’île de Terre Neuve (alias le "Rock") et sur le continent, le Labrador, un nom tout aussi mythique mais une région plus difficile d’accès.
Territoire isolé au large du Canada continental, Terre Neuve, entre sa nature particulièrement sauvage et les souvenirs des Vikings et des pêches mythiques sur ses Grands Bancs, jouit d’une aura sans pareille. Les Newfies (Prononcez "nioufi"), qui au Canada sont très attachants et préservent farouchement leurs traditions, entre activités ancestrales, chansons, vocabulaire, cuisine locale. L’adhésion de la province à la Confédération ne s’est faite qu’en 1949… après deux référendums.
On vient ici pour admirer l’environnement naturel (dont deux parcs nationaux), assister à la dérive des icebergs amenés par le courant du Labrador à la fin du printemps, observer les baleines, les fous de Bassan et les macareux, oiseau symbole de cette terre du bout du monde à travers laquelle la Transcanadienne serpente de St John’s, la capitale, à Port aux Basques.

SAINT-PIERRE-ET-MIQUELON 

A 25 km de Fortune, port de Terre Neuve, cet archipel est l’ultime vestige de l’Amérique du Nord française. Battu par les vents ou enveloppé de brume, il s’inscrit dans un environnement de roches et de végétation rabougrie. On ne s’y balade certes pas en maillot de bain, mais la moyenne estivale tourne quand même autour de 19°C ! St Pierre est une préfecture aux petites rues arpentées par les gendarmes, bordées par les bistrots et boulangeries, un vrai p’tit coin de France !
Miquelon forme un ensemble presque dix fois plus grand mais dix fois moins peuplé, donc bien plus sauvage que St Pierre. Son village de poche est jumelé à Langlade, quasiment déserte, par un isthme de sable de 12  km où gambadent des chevaux sauvages. Les phoques se prélassant au Grand Barachois et les oiseaux de mer complètent la panoplie animale. Plusieurs musées racontent l’histoire locale : rivalités franco-anglaises, épopée des terre-neuvas, héritages basque ou breton, Prohibition, quotas de pêche actuels. A faire, des randos, tours en zodiac à l’Ile aux Marins, autrefois fief des pêcheurs à la morue, sorties en voilier, plongée pour amateurs de fonds constellés d’épaves. Bien entendu, de nombreuses manifestations rythment le calendrier. Passez-y au moins trois nuits, une semaine c’est mieux. L’archipel est aussi relié par avion à Montréal, Sydney ou Halifax.

Retour haut
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts. Pour en savoir plus, cliquez ici.