La Mauricie et la Haute Mauricie

25/10/2013

Entre St Laurent et lac St-Jean, de Trois-Rivières à La Tuque (180 km environ) s’étale le vaste territoire sauvage et vierge de la Mauricie, dont les forêts infinies sont arrosées par de nombreux lacs et chutes d’eau. On y pratique la pêche, la chasse en pourvoirie et quantité d’activités de plein air. Le végétal et l’orignal font bon ménage grâce à des espaces protégés comme les réserves fauniques de St Maurice, Mastigouche, Batiscan.

Les adeptes du canot-camping cohabiteront avec les ours noirs, castors, lièvres, gélinottes, huarts, hérons, etc. Longtemps royaume des coureurs des bois et des trappeurs, la vallée vit la naissance de l’industrie et donc de petites villes à l’urbanisme ouvrier caractéristique. La rivière St Maurice servait au flottage du bois abattu ou drave.  Près de St Alexis des Monts, se tient le spectaculaire hôtel Sacacomie. Magnan est l’une des quatre plus hautes chutes du Québec !

Capitale de la Mauricie, Trois Rivières mérite un stop pour ses vieilles rues et son atmosphère sympa. On assiste au son et lumière du Lieu Historique des Forges ou fin août à l’arrivée de la Classique Internationale de Canots. A Shawinigan, la Cité de l’Energie est un parc thématique si intéressant qu’il faut compter une demi-journée pour le visiter….

A Grand-Mère, faites-vous raconter la légende algonquine du "rocher déménagé" pour le barrage. Juchée sur des falaises, Grandes Piles a été la plaque tournante de l’industrie forestière. Avec ses bâtiments en bois rond, le Village du Bûcheron se pose comme un camp forestier de la fin du XIXreconstitué. On y sert de roboratifs repas de "bûcheux" comme on dit là-bas !

En septembre, Saint-Tite vit au rythme de son énorme festival Country & Western. Après Saint-Roch de Mekinac, on chemine au cœur des forêts de Haute Mauricie criblées de lacs. La Tuque, ville natale de Félix Leclerc, est un ancien site attikamek. Elle doit son nom à un rocher qui aurait la forme du long bonnet des voyageurs des compagnies de fourrure dont on raconte la vie au Centre d’Interprétation.

Le plus Comptoir des Voyages

Une nuit en tipi au sein du village amérindien en pleine forêt au bord de la rivière Batiscan ou dans une pourvoirie "historique" perdue au milieu des lacs et des forêts. Accéder à la région en train avec la ligne Montréal-Jonquière qui peut vous poser au beau milieu du bois.

Nous on adore

S’adonner, en hiver, aux multiples activités typiquement québécoises : traîneau à chiens, "pêche blanche" (notamment au Poulamon à Ste Anne de la Pérade), motoneige, rafting des neiges, raquettes en compagnie d’un trappeur

Retour haut
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts. Pour en savoir plus, cliquez ici.