30/05/2016

Porto n’est pas capitale du Portugal (elle a été celle du Comté de Portugal), mais, avec son agglomération de près de 2 millions d’habitants entourée de la région la plus industrielle du pays, elle fait office de rivale de Lisbonne (voir un FC Porto - Benfica pour s’en convaincre…). Fausse jumelle, posée à l’embouchure du Douro comme Lisbonne est assise sur son Tage, elle se veut plus émancipée, et dégage curieusement à la fois plus de modernité et plus de romantisme.

Son centre historique est inscrit au Patrimoine mondial de l’Unesco, d’ailleurs autant par son patrimoine que par son statut de symbole d’une ville tournée toute entière vers son développement. Le Porto XIXe siècle renaît aux alentours de la praça da Liberdade, en passant par les azulejos bleus et blancs (mode Ming oblige) de la gare, de la librairie très Flourish and Blotts (avis aux fans) de Lello & Irmão, au néoclassique et nécessaire mercado do Bolhão. La (plus) vieille ville, du cloître de la Sé aux exaltées talhas douradas (pièces de bois sculpté recouvertes de feuilles d’or) de l’église São Francisco, mérite de s’y perdre, pour ses ruelles, escaliers et petites adresses secrètes…

Lors de votre voyage au Portugal, et ici, tout particulièrement à Porto, on s’imprègnera surtout de l’ambiance portuaire en se promenant le long du cais da Ribeira et, en face, sur l’avenida de Diogo Leite, où attendent sagement les barcos rabelos, ces bateaux qui transportaient les fûts de porto depuis les vignobles du Haut Douro jusqu’à Vila Nova de Gaia. C’est là, dans la ville qui fait face à Porto, que les chais (caves) vous attendent : ne manquez pas de guetter les logos démesurés des maisons de porto qui apparaissent dans le dédale de la ville et d’y pénétrer pour comprendre, sens à l’affût, l’histoire atypique de ces vins. Prenez de la hauteur et grimpez, l’heure bleue approchant, la Serra do Pilar, et n’hésitez pas à poursuivre votre balade le long des quais au-delà des zones trop touristiques.

Enfin, des six remarquables ponts qui enjambent le Douro, traversez à pied le Dom Luís I et, une fois au milieu, observez une dernière fois les reflets de la ville dans le fleuve: sans que vous vous en soyez vraiment aperçu, Porto vous a charmé. Comment ça, vous n’avez pas encore eu le temps de profiter du jardin de la Fundaçao Serralves, de l’arty rua Miguel da Bombarda et de l’auditorium de la Casa da Música ? Une extension du séjour s’impose.

Le plus Comptoir des Voyages

Parcourir la ville avec un habitant pour découvrir marchés, petites foires et bibelots de l'artisanat local.

Nous on adore

Flâner dans la librairie Lello surement plus encore pour son architecture néogothique que pour ses livres.

Retour haut
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts. Pour en savoir plus, cliquez ici.