Pinhão et le Douro

29/05/2016

Sur 200 km, le Douro traverse toute la largeur du Portugal. De Mirando do Douro, à la frontière espagnole à l’est, jusqu’à Peso da Régua, au centre, s’étend la vallée du Haut-Douro, dans laquelle sont cultivés, semble-t-il depuis la nuit des temps (en vérité, près de 300 ans), les vignes du porto et des vins du Douro. Plus à l’ouest, jusqu’à Porto, son embouchure atlantique, on ne trouve plus de terroirs de schiste à perte de vue, mais le fleuve poursuit sa route. Il a d’ailleurs longtemps été la voie privilégiée pour transporter les fûts de vins, à travers les barcos rebelos, seules embarcations à pouvoir domestiquer les rapides d’un fleuve pas toujours si tranquille.

Si aujourd’hui ce sont les camions citernes qui profitent du paysage, la vallée du Haut-Douro reste une région indescriptiblement frappante et en particulier le Haut-Corgo, sa zone la plus dense en vignobles et en quintas, ces propriétés rurales portugaises dans lesquelles il faut prendre le temps de… prendre son temps. Autour de Pinhão, les versants de la vallée, parfois abrupts, proposent des hectares et des hectares de vignes, certaines en terrasses, parfois soutenues par des murets en pierre, d’autres plantées à la verticale, le long des coteaux.

L’ensemble est saisissant : on peut s’en rendre compte de diverses manières. En filant tout au bord du Douro, y compris, lorsque la route ne suffit plus, dans un train (parfois tiré par une locomotive à vapeur) que l’on peut prendre dans la belle gare de Pinhão décorée d’azulejos pour rejoindre Tua puis Pocinho. Prendre de la hauteur en est un autre moyen, notamment via la route de Sabrosa, vers Lamego, au bien-nommé belvédère da Boa Vista, au sanctuaire de Nossa Senhora dos Remédios, ou à São João da Pesqueira. Églises, monastères (comme à São João de Tarouca), manoirs (appelés solares, comme à Mateus) et domaines se guettent parmi les vignes.

En février, les fleurs d’amandier rajoutent au spectacle ; en automne, les raisins et les vendangeurs accourent vers Pinhão : suivez-les !

Le plus Comptoir des Voyages

Sillonner le Douro à bord d’un rabelo, bateau traditionnel, privatisé pour l’occasion.

Nous on adore

Déguster, avec modération, les vins régionaux, de quinta en quinta.

Retour haut