28/05/2016

À une dizaine de kilomètres de la côte atlantique, au centre du pays, Óbidos pointe le bout de ses remparts. Toute entière fortifiée, la petite ville offre une atmosphère médiévale rarement vue ailleurs, et attire pour cette raison de nombreux visiteurs, notamment en période estivale, où une foire est organisée. Reconquise aux Maures par Dom Afonso Henriques, premier roi du Portugal, séjour des reines depuis le XIIIe siècle, la ville a connu sièges et batailles.

Une fois sa vaste porte sertie d’azulejos franchie, on oublie en effet quelque peu les temps modernes pour venir s’y perdre. On y scrute, entre ses maisons à la chaux blanche vive et aux arêtes peintes de bleu, jaune ou brun-rouge, un escalier fuyant, un bougainvillier en fleur, un chat qui escalade un muret… Empruntez les ruelles autour du pilori et du marché couvert de la praça Santa Maria, plus isolées que la commerçante rua Direita. Vous n’y échapperez pas : plusieurs producteurs de ginja, la liqueur de griottes, parfois mâtinée de vanille ou de cannelle, se trouvent à Óbidos…

Le chemin de ronde sur les remparts crénelés et ses tours de guet offrent finalement une vue d’ensemble sur la ville, sur le château, transformé en palais puis en pousada. À l’horizon : un aqueduc médiéval s’enfuyant et, de l’autre côté, cachée derrière la colline, la vaste et agréable lagune d’Óbidos, où mouillent les bateiras, petites barques colorées des ramasseurs de palourdes.

Le plus Comptoir des Voyages

Séjourner dans une ferme-manoir du XIXe au pied des remparts de la ville.

Nous on adore

Se perdre dans le dédale de ruelles bordées de maisons blanches, de petites places en églises baroques.

Retour haut
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts. Pour en savoir plus, cliquez ici.