La côte vicentine

27/05/2016

À cheval entre Alentejo et Algarve, cette bande de terre d’une dizaine de kilomètres de large, forme le littoral sud-ouest du Portugal. Ce sont 110 kilomètres d’une côte sauvage, dont les sentiers et passerelles, parfois déserts, mènent jusqu’au Cabo de São Vicente, prenante extrémité sud-ouest du continent européen, cap ouvrant sur les routes inconnues qu’empruntèrent les audacieux voyageurs d’Henri le Navigateur. Non loin, sur la côte sud, c’est l’hostile et vierge pointe de Sagres.

On peut la parcourir à pied, via le sentier des pêcheurs, qui longe, de Porto Covo à Odeceixe, plages immenses ou plus secrètes et falaises déchiquetées ou, pourquoi pas, en kayak, en partant d’Odeceixe pour arriver aux dunes des plages de Bordeira et d’Amado, de part et d’autre de Carrapateira, en compagnie des surfeurs et kitesurfeurs… Le chemin historique de la rota vicentina (route vicentine), sentier pouvant également être effectué en VTT, a reçu début 2016 le label Leading Quality Trails - Best of Europe : cette portion, débutant au nord à Santiago do Cacém, devrait ainsi attirer davantage de randonneurs et cyclistes mais il y a de la place sur les chemins du rural et sérénissime Alentejo.

Ces paysages de garrigue ou de forêts d’eucalyptus sont dans notre imaginaire peu susceptibles d’aboutir à des falaises aussi abruptes et des vagues aussi tonnantes que celles du Cabo Sardão, dont le phare, pourtant est bien réel. Au choix, parmi les nombreux recoins du littoral alentejano, citons la praia de Malhão, cachée derrière les pins, près de la moins discrète Vila Nova de Milfontes. Au-delà de l’embouchure du Seixe, nous faisant basculer, à Odeceixe, côté Algarve, les restes des remparts d’Aljezur surplombent une autre série de plages et de petits ports de pêche que l’on découvre au pied des falaises. La praia Arrifana, doublement protégée dans son anse par les falaises et par les ruines d’une vieille forteresse, en est un bon exemple.

Le plus Comptoir des Voyages

Loger dans un village pittoresque sauvé de l’abandon grâce à sa transformation en hôtel dont chaque chambre est une petite maison.

Nous on adore

Partir chercher les plages peu fréquentées, nichées entre de hautes falaises et s’adonner aux ports nautiques.

Retour haut
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts. Pour en savoir plus, cliquez ici.