23/06/2016

L’île est le creuset de la culture traditionnelle et vue comme un espace sacré où sont nées les légendes de la création de la Polynésie française. Havai’i Nui (qui engendre les terres) aurait accueilli les premiers Austronésiens vers l'an 300 de notre ère. Les ancêtres y sont vénérés comme les fondateurs de la civilisation polynésienne. Les marae ont survécu à l’abandon des pratiques traditionnelles et aux ravages du temps. Le plus spectaculaire est le marae de Taputapuatea, inclus dans le vaste espace cérémoniel de Te-po. Il accueille toujours de grandes cérémonies culturelles. La terre en effet est porteuse de belles surprises. La seule rivière navigable de la Polynésie (Fa’aroa) sillonne à travers la forêt tropicale. La légende veut qu’elle ait dans ses flots emporté les Polynésiens vers Hawaï et la Nouvelle-Zélande.

Dans les montagnes, la flore et la faune sont uniques. Sur le mont Temehani, le tiare apetahi, petit gardénia endémique, habite les sous-bois. Cette fleur blanche, qui ne s’ouvre qu’au lever du soleil, est devenue l’emblème de l’île tout comme la cigale de Polynésie et le pétrel de Tahiti appelé noha. L’agriculture demeure un levier de l’économie locale, notamment dans la vallée de la Fa'aroa, tout comme la perliculture d’où sont issues des perles noires et colorées.

La rareté des plages est une singularité de Raiatea, le relief accentué interdisant les flâneries littorales. Mais il suffit de rejoindre en kayak, les motu, ces enclaves coralliennes, pour nager ou plonger dans une eau pure aux grandes richesses sous-marines.

Le plus Comptoir des Voyages

Toute une journée de randonnée sur les flancs du mont Temehani Rahi pour voir la fleur endémique de l’île, le tiare apetahi. 

Nous on adore

Marcher en silence dans le plus grand site sacré de Polynésie, Taputapuatea.

Retour haut