24/06/2016

L’île connue pour la baie de Cook et son décor de cinéma ne doit pas seulement sa popularité au célèbre capitaine, mais aussi à son héritage naturel et historique. Moorea, d’origine volcanique, est couverte de montagnes culminant à 1 207 m. Sur les pentes escarpées pousse une forêt tropicale dense que l’on rejoint depuis les baies par des chemins balisés. L’ascension du mont Rotui, le plus haut sommet de l’île, nécessite outre une réelle endurance, l'accompagnement d’un guide. En revanche, la promenade jusqu’au Belvédère, considéré comme l’un des plus beaux de la Polynésie française, est un must accessible à tous. Le lycée agricole et le jardin botanique de la baie d’Opunohu recèlent quelques spécimens botaniques rares.

Sur le littoral, les activités nautiques telles que la plongée ou le snorkeling se concentrent sur la côte nord ; il est possible au Lagoonarium comme au Dolphin Center d’approcher au plus près les animaux.

La baie d’Opunohu détient la mémoire de l’île. Le site occupé dès le XVIe siècle était, avant l’arrivée des Européens densément peuplé. Maisons privées, bâtiments agricoles et marae au caractère sacré sont peu à peu exhumés et restaurés, rendant ainsi à la Polynésie une partie de son histoire. Les traditions sont revisitées pour les voyageurs au Tiki Village à Varari. 

Vivant essentiellement du tourisme, de la pêche et de la récolte des fruits tropicaux pour l’usine de jus de fruit locale, les 17 000 habitants de Moorea constituent l’une des plus importantes communautés de l’archipel. Les villages se répartissent sur le littoral comme autant d’invitations à des rencontres plus personnelles, la population étant volontiers conviviale et accueillante. 

Retour haut