06/10/2017

Varsovie a une personnalité unique. La vieille ville (Stare Miasto), entièrement détruite pendant la Seconde Guerre mondiale, a été reconstruite pierre par pierre par ses habitants. C’est sans doute de ce passé tourmenté que la capitale polonaise tient son caractère. Au lieu de se pelotonner autour d’une ancienne place de marché, elle s’étend, s’étale et s’étire, déploie ses quartiers et ses avenues aux atmosphères et empreintes architecturales variées : une façade gothique restaurée par ici, un bloc de béton communiste par là, le tout saupoudré d’une touche de verre et d’acier ultramoderne pour pimenter l’affaire. La ville a survécu au pire. Qu’à cela ne tienne, elle célèbre aujourd’hui sa résurrection en martelant ses rues de fascinants musées où découvrir la complexité de son histoire, des lumineuses œuvres de Chopin au sombre épisode du ghetto juif.

Mais loin de se complaire dans le passé, Varsovie jouit également d’une scène gastronomique et culturelle exceptionnelle, la meilleure de Pologne. On y dîne bien et à bon prix, avant de profiter d’une soirée distinguée au théâtre Wielki, l’Opéra national, ou de brûler les petites heures du matin dans un bar animé. À mille lieues du cliché de cité grise d’Europe de l’Est, Varsovie pulse de vie et de couleurs, que ce soit celles des façades aux airs de maison de poupée de la Plac Zamkowy (la place du Château) ou des néons grésillant des clubs branchés.

Retour haut