Peuples et institutions

16/05/2017

Politique

Inspirées du système américain, les institutions sont régies par la constitution de 1987. Le président de la République est élu au suffrage universel pour un mandat unique de 6 ans. Il est à la fois le chef de l’État et celui du gouvernement, assisté par un vice-président, élu séparément. Le pouvoir législatif est partagé entre le gouvernement et le Parlement, composé d’un Sénat et d’une Chambre des Représentants.

Démocratique depuis 1986, la vie politique est émaillée de scandales de corruption et de fraudes électorales. Embellie en 2010 avec l’élection de Benigno Simeon Aquino III, dit Noynoy, qui a notamment permis d’aboutir en 2014 à un accord de paix avec les rebelles musulmans du sud de l’archipel. Incertitude à nouveau depuis l’arrivée au pouvoir en juin 2016 du populiste Rodrigo Dutertre, surnommé le « Trump philippin » ; il a annoncé vouloir changer la constitution pour transformer les Philippines en fédération mais le projet est en l’air tant la puissante église catholique se mobilise contre les excès de sa macabre guerre anti-drogue.

 

Économie

Croissance : 6 % (Coface, 2016)
Taux de chômage : 6,3 % (FMI, 2015)
Taux d’inflation : 2 % (FMI, 2016)

En 2013, le FMI a décerné aux Philippines le titre de « nouveau tigre asiatique ». Si des conditions climatiques défavorables (typhons à répétition, fortes chaleurs engendrées par El Niño en 2016) ont pénalisé le secteur agricole d’autres filières sont particulièrement dynamiques comme la communication, les composants électroniques et les services délocalisés aux entreprises. Sans oublier évidemment les transferts d’argent en devises de la diaspora, qui représente 11% de la population.

La croissance est forte, tirée par la consommation des ménages et les travaux d’infrastructure, l’inflation maîtrisée et le déficit budgétaire faible. À noter que le nouveau président Dutertre a amorcé un rapprochement avec la Chine et multiplié les signes qui pourraient se traduire par une défiance des marchés étrangers. Pour l’heure, les signaux restent au vert.

Peuple

La majorité des Philippins descend des Malais ou des Indonésiens avec des apports chinois, espagnols, américains… Il existe aussi une centaine de minorités ethniques au premier rang desquelles figurent les Négritos, les aborigènes locaux, qui vivent encore à l’écart de la mondialisation. Ce peuple métissé et tolérant fait preuve en toute circonstance d’une insouciance teintée de fatalisme que résume l’expression bahala na (c’est comme ça), qui ponctue toutes les conversations.

Unique en Asie, les Philippins sont très majoritairement catholiques et, même si la constitution a institué la séparation de l’État et de l’Eglise, celle-ci a une influence considérable sur la vie publique. Démonstratifs dans l’expression de leur foi, les Philippins sont aussi profondément superstitieux et n’hésitent pas à faire appel aux chamans et aux sorciers. La famille, au sens élargi du terme, est une composante fondamentale de la société, tout comme le respect des anciens, tandis que l’american way of life continue de faire rêver. Paradoxales Philippines … 

Retour haut
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts. Pour en savoir plus, cliquez ici.