12/05/2017

Comme Manille, Cebu, qui s’appelait alors Sugbu, était un comptoir commercial prospère quand Fernand de Magellan y débarqua en 1521. Il y plante un crucifix, symbolisant la volonté du Royaume d’Espagne de dominer la région. Le navigateur est tué par un chef local quelques semaines plus tard à Mactan et c’est un autre Conquistador qui fonde, en 1575, la première ville espagnole des Philippines : Villa del Santismo Nombre de Jésus. Aujourd’hui plus simplement Cebu City.

La deuxième métropole du pays a conservé des vestiges de son passé colonial à commencer par une impressionnante forteresse. Il y a aussi la sacro-sainte église du Santo Nino, dont la relique fait l’objet de pèlerinages extatiques, la croix de Magellan exhibée juste en face, la cathédrale, quelques places et rues … Moderne, trépidante et noctambule, Cebu City est une plaque-tournante aérienne et maritime où le voyageur ne s’attarde guère. Il lui préfère l’île l’Olango et sa réserve naturelle qui sert de refuge aux oiseaux migrateurs, l’île Malapascua dont les eaux abritent dauphins, raies manta, requins baleines et requins renards, ou encore celle de Bantayan pour lézarder sur des plages sublimes.

Au sud-ouest de Cebu City, les réserves marines de Molboal garantissent presque à coup sûr la rencontre avec les dauphins et les requins. Bonus : l’étonnant spectacle de la migration des sardines ! La côte orientale est plus accidentée, avec des falaises à pic et des calanques qui lui donnent presque un air méditerranéen ; des villes la jalonnent, la plupart dotées de tours de guet et de fortifications érigées pour protéger l’île des attaques de pirates…

Le plus Comptoir des Voyages

Séjourner sur une île-hôtel avec pour décor un lagon aux eaux bleues turquoise.

Nous on adore

Faire le plein d'Histoire à Cebu City.

Retour haut