12/05/2017

Au tout début des années 1970, c’était une retraite secrète où s’aventuraient de rares voyageurs en quête d’exotisme. Ils étaient hébergés dans des huttes en palme au confort sommaire et vivaient d’amour et d’eau fraîche sur le sable de la bien nommée White Beach. Heureux précurseurs ! Ils ne reconnaîtraient pas Boracay… La plage couleur farine et les cocotiers sont toujours là, compagnonnant désormais avec des resorts collés-serrés, des vendeurs ambulants et des salons de massage en plein air.

Tous les sports nautiques s’y pratiquent durant la journée puis, dès que le soleil disparaît à l’horizon, la fête commence, pour se prolonger jusqu’à l’aube. Le spectacle ne manque ni de panache ni de folie douce ! Pour une ambiance plus apaisée, tourner le dos à White Beach et dénicher d’autres plages, moins longues mais tout aussi sublimes. À l’est, Bulalog Beach, ventée, est appréciée des surfeurs ; au nord, Diniwid Beach, Puka Beach ou encore Ilig-Iligan Beach sont tranquilles sans être désertes. Il faut aussi quitter la côte et circuler à vélo dans la campagne, emprunter des sentiers tracés au milieu d’une nature exubérante, débouler en quad dans des petits villages où la bière San-Miguel est vendue quatre fois moins chère que dans les bars de White Beach…

Le cœur de Boracay bat encore ! Pour une vue panoramique sur le paradis, grimper jusqu’à l’observatoire du Mont Luho et, pour une expérience cha-bada-bada, voguer au crépuscule sur un paraw, le bateau à voile traditionnel des Visayas. Fréquentée par la jet-set internationale, Boracay abrite d’excellents restaurants et quelques uns des meilleurs Spas des Philippines : laissez-vous tenter !

Nous on adore

Plonger dans son lagon aux plages de sable blanc.

Retour haut